Trois questions à Blaise Heurteux, Président d’HBS Research

La collecte des données statistiques n’est pas seulement indispensable au suivi des marchés immobiliers. Le fonds documentaire et les études réalisés par HBS Research permettent aussi d’intervenir en amont des marchés, pour l’élaboration de nouveaux projets.

Quelle est précisément l’activité d’HBS Research ?

HBS-research a décidé d’occuper le terrain de l’intelligence économique immobilière. Pour cela, elle a constitué une base de données unique regroupant plus de 20 sources de données différentes qui sont toutes publiques, exhaustives et réactualisées de manière permanente. Cette base de données couvre toute la France et croise de l’information sur plus de 2 millions d’immeubles : propriétaires, occupants, transactions, permis de construire… Le tout sur fond de cartographie dynamique permettant aussi de décrire l’environnement des immeubles avec des cartes de présomption de pollution des sols, les PPRI, les cartes des transports, les plans cadastraux… A partir de cette base de données, nous proposons différentes offres de services comme des licences d’accès à cette base de données, mais aussi du conseil et de l’étude. Nous pouvons également mettre à disposition un Systèmes d’Information Géographique croisant nos informations publiques avec les données du client, qu’il garde évidemment en privatif, afin de lui permettre de bénéficier du meilleur des 2 mondes.

Jusqu’où va le recensement des biens que vous avez mis en place ? Quels sont les limites actuelles, techniques ou légales, de cette base de données, et les éventuelles perspectives d’extension ?

Etant les premiers à nous attaquer à ce domaine, nous découvrons les limites au fur et à mesure que nous avançons. Nous sommes fiers de la qualité de l’information sur les propriétaires et les utilisateurs que nous pouvons mettre à disposition de nos clients mais nous sommes conscients qu’il nous reste encore des dimensions à cartographier ou à améliorer : destination, volume de transactions, offre, nouveaux projets… Par ailleurs, nous ne publions que de l’information dite « publique », à savoir qui a reçu l’accord de publication de son propriétaire. Nous allons petit à petit entrer dans des systèmes de partage d’information, nous permettant d’accéder à des informations plus fines.

Quels sont les services et les développements que les entreprises du secteur immobilier peuvent envisager à partir de vos travaux ?

Cette base de données apporte au marché une très grande transparence permettant à tout à chacun d’être créatif sans la barrière d’accès à l’information. A titre d’exemple, nous permettons d’identifier des immeubles à restructurer (période de construction, absence de permis de construire, immeubles mono-propriétaires…) ou encore de trouver des utilisateurs en amont de leur décision de résilier leurs baux (date estimée d’échéance de baux, regroupement de filiales, variation de chiffre d’affaires…). On nous interroge aussi pour inventorier et qualifier les implantations d’un utilisateur, mais aussi ses actifs immobiliers. Par ailleurs, ces bases de données permettent de traiter de manière industrielle des opérations là où il fallait mobiliser beaucoup de monde pour répondre en un temps record à des problématiques lourdes. A titre d’exemple, nous sommes sollicités pour accompagner des enseignes à trouver des futures implantations en nombre car nous leur permettons de répondre à la faisabilité de chaque site en leur identifiant les sites à prospecter. En fait, avec ces données, ce sont nos clients qui nous font découvrir l’étendue des possibles !