Collecte des SCPI : une nouvelle année historique en perspective

Collecte des SCPI : une nouvelle année historique en perspective

Les SCPI signent un semestre record en termes de collecte. Avec 4,3 Md€ de capitaux nets engrangés, c’est 78 % de plus qu’au 1er semestre 2018, et 12 % de mieux qu’au 1er semestre 2017. « L’année 2019 s’annonce d’ores et déjà comme historique pour les SCPI », prédit l’ASPIM…

La tendance du 1er trimestre est plus que confirmée : les SCPI sont bien parties pour réaliser un exercice 2019 historique en termes de capitaux levés. Les dernières données trimestrielles et semestrielles publiées par l’ASPIM et l’IEIF créditent en effet ces véhicules de placement dans l’immobilier non coté d’une collecte nette de 4,3 Md€ au 1er semestre. C’est 12 % de plus que le précédent record enregistré au 1er semestre 2017 (3,8 Md€).

SCPI : une collecte en hausse de 12 % par rapport au 1er semestre 2017

Après un 1er trimestre déjà tonitruant (voir « Les SCPI font un carton »), et une collecte nette en hausse de 79 % par rapport au 1er trimestre 2018, les SCPI réalisent un second trimestre tout aussi exceptionnel. Avec 2 188 M€ de capitaux collectés (pour les SCPI d’entrepriseet les SCPI résidentielles non fiscales), c’est le meilleur score trimestriel enregistré derrière celui du 1er trimestre 2017 (2 394 M€). En cumulé, le niveau semestriel, à 4 277 M€ (comprenant les SCPI fiscales, à hauteur de seulement 3,6 M€), établit quant à lui un nouveau record. Et laisse entrevoir une année probablement exceptionnelle pour la collecte des SCPI… « L’année 2019 s’annonce d’ores et déjà comme historique pour les SCPI », prédit d’ailleurs l’ASPIM dans son communiqué.


Les SCPI de nouveau plébiscitées par les épargnants

Contrairement aux premières estimations annuelles (voir, notamment, « SCPI : quel niveau de collecte en 2019 ? »), il semble en effet que les épargnants soient revenus massivement sur le produit SCPI. Outre l’effet marché de la fin 2018 – la baisse des marchés financiers -, qui les avait poussés à rechercher des placements non cotés et moins volatils, la rentabilité intrinsèque de l’immobilier collectif et sa régularité (4,35% de rendement moyen pour les SCPI d’entreprise, 4,52% sur un an glissant au 30 juin 2019 selon la dernière mesure de l’indice EDHEC IEIF Immobilier d’entreprise France), sans équivalent actuellement en termes de couple rendement/risque, ont effectivement tout pour les séduire. Les perspectives de taux durablement bas, encore consolidées cet été, qui facilitent par ailleurs le recours à l’emprunt pour financer l’investissement en parts de SCPI, éloignent en outre le spectre d’un retournement du marché immobilier qui, pour l’heure, fait toujours preuve d’un dynamisme insolent. Au point, d’ailleurs, de faire oublier que la fiscalité du placement immobilier n’est pas forcément la plus attractive…

Professionnalisme et innovations des sociétés de gestion de SCPI

Le retour des flux de souscriptions est dû également auprofessionnalisme des sociétés de gestion d’actifs immobiliers qui, outre une stratégie de plus en plus systématique en termes de diversification et de rotation de leurs immeubles sous gestion, redoublent d’efforts pour proposer aux épargnants des produits non seulement correctement gérés – en témoigne le succès croissant des SCPI diversifiées, où le gérant propose une allocation entre les diverses classes d’actifs immobiliers -, mais également de plus en plus en phase, en termes de modalités de souscription et de niveau de frais (voir notamment « Néo : la 1èreSCPI sans commission de souscription »), à leurs attentes. Le gage d’une poursuite sereine de la collecte ?

Frédéric Tixier


A propos de l’IEIF

Créé en 1986, l’IEIF est un centre d’études, de recherche et de prospective indépendant spécialisé en immobilier. Son objectif est de soutenir les acteurs de l’immobilier et de l’investissement dans leur activité et leur réflexion stratégique, en leur proposant des études, notes d’analyses, synthèses et clubs de réflexion. L’approche de l’IEIF intègre l’immobilier à la fois dans l’économie et dans l’allocation d’actifs. Elle est transversale, l’IEIF suivant à la fois les marchés (immobilier d’entreprise, logement) et les fonds immobiliers (cotés : SIIC, REIT ; non cotés : SCPI, OPCI, autres FIA).

L’IEIF compte aujourd’hui plus de 120 sociétés membres (2/3 d’investisseurs, 1/3 d’autres acteurs : promoteurs, banques, experts immobiliers, conseils en immobilier, etc.). Le patrimoine immobilier des membres investisseurs représente une valeur globale de près de 300 milliards d’euros. L’IEIF s’appuie sur une équipe de 20 personnes issues à la fois des mondes de la finance et de l’immobilier, dont 6 chercheurs associés. Il dispose de nombreuses bases de données économiques, financières et immobilières, dont certaines ont plus de 30 ans d’historique.

A propos de l’ASPIM

L’Association française des sociétés de placement immobilier (ASPIM) promeut, représente et défend les intérêts de ses adhérents, les gestionnaires de fonds d’investissement alternatif (FIA) en immobilier (SCPI, OPCI et autres FIA « par objet »). Créée en 1975, l’ASPIM est une association à but non lucratif qui réunit tous les acteurs du métier de la gestion des fonds immobiliers non cotés. En France au 31 décembre 2018, les fonds d’investissement alternatifs (FIA) en immobilier (SCPI, OPCI, OPPCI et autres FIA) avaient une capitalisation globale de 180 milliards d’euros. Le nombre total des membres de l’ASPIM est de 97, dont 84 adhérents qui sont des sociétés de gestion de portefeuille (SGP) de SCPI, OPPCI, OPCI et autres FIA en immobilier agréées par l’AMF, qu’elles soient filiales de groupes bancaires, d’assurance, de gestion immobilière étrangère ou entrepreneuriales, et 13 experts correspondants qui sont des professionnels de l’écosystème immobilier (avocats, consultants, auditeurs et experts).