SCPI : la montée en puissance des « diversifiées » se confirme

SCPI : la montée en puissance des « diversifiées » se confirme

La collecte des SCPI est repartie de l’avant en 2019. Mais toutes les catégories de SCPI d’entreprise ne progressent pas au même rythme. La plus dynamique, la catégorie des SCPI « diversifiées », confirme sa montée en puissance…

Avec près de 4,3 Md€ de capitaux engrangés sur le 1er semestre 2019, les SCPI d’entreprise viennent de pulvériser leur précédent record de 2017 (voir « Collecte des SCPI, une nouvelle année historique en perspective »). Toutes les catégories de SCPI ne profitent toutefois pas dans les mêmes proportions de cette embellie.

Collecte 2019 : le retour des SCPI de « bureaux »

Comparée au semestre précédent (2semestre 2018), la collecte constatée bondit en effet globalement de près de 62 %. Mais seules les catégories « bureaux » (+ 67,3 %) et, surtout, « diversifiées » (+ 77,8 %), font mieux que la moyenne. Pour les bureaux, c’est un retour en force. Quoi que toujours historiquement largement dominante en termes de capitalisation (38,2 Md€ au 30 juin 2019) et de véhicules (35 SCPI), la suprématie de la catégorie bureaux avait plutôt tendance à s’éroder ces deux dernières années. En 2018, année globale de repli de la collecte (- 19 % par rapport à 2017), elle avait à peine moins bien résisté (- 14 %) que l’ensemble du marché. Et en 2017, année faste, les bureaux n’avaient que très marginalement profité de l’envolée des souscriptions.


Collecte 2019 : l’envolée des SCPI « diversifiées » se confirme »

Tout l’inverse de la catégorie dite des « diversifiées » (28 SCPI fin juin 2019), dont la montée en puissance se confirme trimestre après trimestre. Ce type de véhicule, qui ne pesait que 3 Md€ fin 2016, affiche aujourd’hui une capitalisation plus de trois fois supérieure, à 9,3 Md€. En 2017, sa collecte avait bondi de 73,6%. Et en 2018, il s’agissait de la seule catégorie à avoir affiché une croissance positive de sa collecte (+14%). Une croissance exceptionnelle et régulière qui lui permet de ravir aujourd’hui la seconde place, en termes de capitalisation, aux SCPI de commerces dont le déclin, très net l’an dernier (collecte en recul de près de 61%) semble à peine compensé sur le 1er semestre de l’année (+18,1% par rapport au 2semestre 2018).

SCPI : les « diversifiées » détrônent les « commerces »

Comment expliquer un tel engouement pour les SCPI diversifiées ? Il découle sans doute déjà d’un changement d’orientation dans la stratégie produit des sociétés de gestion d’actifs immobiliers. Les dernières SCPI d’entreprise lancées sur le marché sont, majoritairement, des SCPI diversifiées (67% des créations en 2018, 50% sur le 1er semestre 2019). Plutôt que de s’enfermer dans une classe d’actifs spécifique, les gestionnaires préfèrent proposer aux souscripteurs des véhicules offrant un avantage bien connu en théorie financière – la diversification entre plusieurs classes d’actifs -. Avec succès d’ailleurs, puisque les SCPI diversifiées ont offert, ces deux dernières années, des rendements supérieurs à ceux délivrés par les autres catégories de SCPI d’entreprise (5,30% en 2018 ; 5,05% en 2017, contre respectivement 4,35% et 4,43% pour l’ensemble du marché). Une autre des raisons de leur succès… Enfin, il s’avère que les principales SCPI diversifiées sont gérées par des sociétés de gestion particulièrement dynamiques sur le plan commercial, notamment Corum et Voisin dont les produits trustent maintenant régulièrement les premières places du marché de la collecte, toutes catégories de SCPI confondues…

Frédéric Tixier


A propos de l’IEIF

Créé en 1986, l’IEIF est un centre d’études, de recherche et de prospective indépendant spécialisé en immobilier. Son objectif est de soutenir les acteurs de l’immobilier et de l’investissement dans leur activité et leur réflexion stratégique, en leur proposant des études, notes d’analyses, synthèses et clubs de réflexion. L’approche de l’IEIF intègre l’immobilier à la fois dans l’économie et dans l’allocation d’actifs. Elle est transversale, l’IEIF suivant à la fois les marchés (immobilier d’entreprise, logement) et les fonds immobiliers (cotés : SIIC, REIT ; non cotés : SCPI, OPCI, autres FIA). L’IEIF compte aujourd’hui plus de 120 sociétés membres (2/3 d’investisseurs, 1/3 d’autres acteurs : promoteurs, banques, experts immobiliers, conseils en immobilier, etc.). Le patrimoine immobilier des membres investisseurs représente une valeur globale de près de 300 milliards d’euros. L’IEIF s’appuie sur une équipe de 20 personnes issues à la fois des mondes de la finance et de l’immobilier, dont 6 chercheurs associés. Il dispose de nombreuses bases de données économiques, financières et immobilières, dont certaines ont plus de 30 ans d’historique.