Novapierre Allemagne 2 se donne plus de temps

Novapierre Allemagne 2 se donne plus de temps

La « V2 » de la SCPI à succès gérée par Paref Gestion, lancée le 18 septembre dernier, a décidé d’allonger le délai de jouissance de ses parts. Pour s’assurer de la qualité et des conditions d’achat de ses futures acquisitions ?

A peine lancée, déjà repoussée… Le délai de jouissance de Novapierre Allemagne 2, la nouvelle SCPI gérée par Paref Gestion lancée en septembre dernier (voir « Novapierre Allemagne : « acte II », suite »), va passer, à compter du 1er novembre prochain, au 1er jour du 5e mois suivant celui de la souscription, contre le 1er jour du 3e mois actuellement.

SCPI : pourquoi allonger le délai de jouissance ?

Allonger le délai de jouissance des parts d’une SCPI, une pratique très en vogue depuis quelques années, peut répondre à plusieurs objectifs. Le plus souvent, c’est lorsque le véhicule est à la fois confronté à une hausse importante du niveau des souscriptions et que les marchés immobiliers sur lesquels il investit sont relativement tendus, que cette décision est prise. Elle donne au gestionnaire de la SCPI plus de temps pour rechercher, sélectionner et négocier les actifs qu’il va acquérir pour le compte du véhicule. Ce délai supplémentaire permet aussi de préserver les intérêts financiers des actionnaires existants. Tant que les nouvelles souscriptions n’ont pas été investies, leur rendement est en effet proche de zéro : rémunérer immédiatement les nouveaux souscripteurs reviendrait à diluer le rendement des anciens… Dans le cas de Novapierre Allemagne 2, toute jeune SCPI, c’est sans doute davantage pour assurer et la qualité et les conditions d’achat de ses acquisitions que Paref Gestion a décidé d’en allonger le délai de jouissance. Le marché sur lequel elle intervient – l’immobilier commercial en Allemagne – est en effet très concurrentiel, même si les statistiques du 3e trimestre montrent un très léger fléchissement de la demande des investisseurs.

Délai de jouissance des SCPI : y a-t-il une norme sur le marché ?

Cette « sage » décision, qui ne fait bien sûr pas l’affaire des futurs souscripteurs, ne place pas non plus Novapierre Allemagne 2 dans une situation atypique. Le délai de jouissance de Novapierre Allemagne – dorénavant fermée aux souscriptions -, était déjà fixé au 1er du 5e mois suivant celui des souscriptions. La plupart des SCPI qui investissent l’essentiel de leur collecte hors de France ont en outre souvent des délais de jouissance supérieurs à la moyenne des SCPI plus nationales. La palme du délai le plus élevé revient à Actipierre Europe, chez AEW-Ciloger, avec un délai fixé au 1er du 7e mois suivant celui de la souscription. D’autres SCPI internationales, comme Corum Origin et Corum XL, chez Corum AM, ou européennes, comme LF Europimmo, à la Française REM – une SCPI qui a récemment absorbé un autre véhicule dédié à la zone européenne (voir « La Française : fusion programmée des SCPI « Europimmo »), attendent le 1er jour du 6e mois pour rémunérer les nouveaux souscripteurs. Un délai qui tombe au 4emois pour Eurovalys, chez Advenis REIM, Opus Real chez BNP Paribas ou Fructirégions Europe chez AEW-Ciloger. Eurofoncière 2, à la Française REM, se distingue, avec un délai de jouissance actuellement fixé au 1er jour du 1ermois, après avoir atteint 5 mois (voir « Nouvelle modification du délai de jouissance de deux SCPI de la Française REM »). Fixer un délai de jouissance très bref vise alors un autre objectif : attirer plus massivement de nouveaux souscripteurs…

Frédéric Tixier


A propos de Paref et de Paref Gestion(i)

Paref se développe sur deux secteurs d’activités complémentaires : (i) investissement au travers de la société immobilière SIIC Paref principalement dans l’immobilier d’entreprises en région parisienne (138 M€ de patrimoine au 31 décembre 2018) et (ii) gestion pour compte de tiers au travers de Paref Gestion (1 426 M€ de fonds gérés au 31 décembre 2018), société de gestion agréée par l’AMF. Paref est une société foncière SIIC, cotée sur le compartiment C de Euronext Paris.

(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société