logo

Episode 2 : L’enquête

Si un historien voulait se pencher aujourd’hui sur le dossier des Civiles, il s’apercevrait immédiatement qu’il existe une quantité impressionnante de sources d’informations qui n’attendent que d’être assemblées.

Les films et les livres

Affiche du film – 1978

Procédant du plus accessible au plus technique, il pourrait d’abord visionner l’émission de Charles Villeneuve dans la passionnante série “Le glaive et la balance” (sur M6), consacrée à la Garantie Foncière. Il pourrait ensuite regarder le DVD du film “L’argent des autres”, avec notamment Catherine Deneuve, Jean-Louis Trintignant, Claude Brasseur et Michel Serrault, consacré au Patrimoine Foncier. Il pourrait dans la foulée lire le livre qui a inspiré le film : “L’argent des autres”, de Nancy Markham, aux éditions J.C. Lattès. Ce roman superbement écrit est en quelque sorte un récit codé. Les faits y sont racontés avec force détails, et les noms y sont juste assez modifiés pour être reconnaissables tout en évitant à l’auteur de désagréables poursuites.

Des publications officielles

Notre historien pourrait après cela se lancer à l’assaut d’une documentation plus austère : le rapport de la commission d’enquête parlementaire “sur le fonctionnement des sociétés civiles de placement immobilier et sur leurs rapports avec le pouvoir politique” ; les publications de la Commission des Opéra­tions de Bourse, et notamment son “Rapport annuel au Président de la République” ; les publications au “Journal Officiel” des très nombreux travaux et débats parlementaires qui ont porté à la fois sur les scandales politico-financiers et sur les questions techniques relatives à la préparation d’un cadre législatif pour les SCPI ; un numéro spécial d’une revue aujourd’hui disparue, “Résultats”, qui avait analysé les Civiles sous l’angle du placement, quelques mois seulement avant le déclenchement des scandales, et qui constitue un excellent état des lieux de la question avant que les passions ne se soulèvent.

Les médias, la justice et les politiques

Il pourrait de plus consulter la presse quotidienne de l’époque qui a suivi la montée en puissance des scandales puis les grands procès, avec beaucoup d’attention.

Il pourrait enfin se reporter à toutes les pièces des procès, réquisitoires, rapports d’experts, conclusions et plaidoiries, ce qui fait qu’au total il disposerait d’une littérature de plusieurs milliers de pages.

Cet historien consciencieux serait aussitôt frappé par l’extraordinaire ampleur prise par ces affaires. Les plus grands experts en droit, les plus grands noms du barreau y ont exercé avec passion tout leur talent, un nombre incroyable d’hommes politiques se sont penchés avec attention sur ces dossiers et sont intervenus dans les instances parlementaires. En dressant la liste des hommes politiques et des avocats les plus renommés de la seconde moitié du XXème  siècle, il s’apercevrait qu’un nombre impressionnant d’entre eux ont fréquenté de très près ce dossier. Qu’avaient donc ces “affaires” pour susciter tant d’honneur ?

Le Dallas de l’immobilier

Au fur et à mesure du progrès de ses recherches, notre historien se dirait sans doute que si le dossier des Civiles avait été confié à un scénariste efficace, la télévision française aurait pu produire, et sans doute exporter, un feuilleton largement à la hauteur du célèbre “Dallas” diffusé en France à partir des années quatre-vingt. Dans les milieux du pouvoir et de l’argent, des personnages hauts en couleur, des passions et des haines, des ragots meurtriers et de redoutables actions en justice, des rebondissements inattendus, des victoires cyniques et des vies brisées, tous les ingrédients étaient rassemblés pour un grand roman d’aventure moderne. Avec cette petite nuance que l’on oublie trop souvent : la fiction doit constamment rester vraisemblable, alors que la réalité ne s’embarrasse pas toujours de cette contrainte.

Au cours de l’enquête que j’ai menée, je suis allé de surprise en surprise. Un historien fera sans doute un jour une recherche plus approfondie que la mienne, mais les éléments que j’ai trouvés permettent déjà de reconstituer l’essentiel du puzzle.

Voir l’épisode 3 : La naissance des SCPI