Immobilier coté : des performances contrastées

Immobilier coté : des performances contrastées

Le secteur immobilier en Bourse a rebondi en avril. Et faiblement varié en mai. Mais ces évolutions globales masquent de fortes disparités sous-sectorielles. C’est ce qu’analyse Laurent Saint Aubin, gestionnaire actions spécialiste de l’immobilier européen chez Sofidy, dans son dernier commentaire de marché.

Après le fort rebond observé en avril, l’indice de référence de l’immobilier coté, FTSE EPRA Eurozone a, au global, faiblement varié en mai. Si l’on y regarde plus près, les performances des sous-secteurs ont été par contre, une nouvelle fois, singulièrement contrastées.

Fort recul des foncières de commerces en mai

Avec un nouveau recul fort de certaines foncières de commerces (Unibail-Rodamco : -16,3 %). Et des foncières de bureaux non prime (Icade : -10,2 %). Alors que le segment résidentiel a surperformé (Vonovia : +16,7 %). Cette différenciation s’explique sans doute au premier chef par les craintes des investisseurs quant à la capacité des foncières de bureaux et de commerces à collecter les loyers. Le résidentiel conservant, à cet égard, son statut de secteur refuge.

Retour de la thématique des fusions-acquisitions

Le mois de mai a vu, également, un retour modeste de la thématique des fusions-acquisitions dans le secteur. Tant sur le segment du résidentiel en Allemagne (discussions interrompues finalement entre LEG et TAG Immobilien), qu’en commerce. A noter sur ce segment, le rachat par CapCo de la participation de 24,2% détenue par Monsieur Tak Lee dans Shaftesbury, l’opérateur de commerces des quartiers londoniens de Soho et Covent Garden. Avec une décote de 14% sur le dernier cours de bourse. Et de 45 % par rapport à l’ANR Epra à la clôture du dernier exercice (30/09/2019).


Décote sur le retail park

Autre fait notable, le placement par Invesco de sa participation de 19 % dans l’opérateur de retail parks au Royaume Uni, New River Retail, à 69 pences. Soit une décote de 13 % par rapport au dernier cours de bourse. Et de 72 % par rapport à l’ANR EPRA à la clôture du dernier exercice (30/09/2019).

Laurent Saint Aubin



Lire aussi

Le monde immobilier de demain sera-t-il le monde d’hier ?

L’immobilier devrait pleinement jouer son rôle de valeur refuge


A propos de Laurent Saint Aubin

Laurent Saint Aubin a débuté sa carrière en 1986 comme analyste financier à la Banque de l’Union européenne avant de rejoindre la société de Bourse Ferri puis le CCF. Il a été ensuite directeur général d’ING France Securities en charge des activités de marché Actions à Paris, puis, à compter de 2006, responsable des activités de vente et de recherche sur l’immobilier coté au sein du groupe Aurel BGC. Membre de la SFAF, il a reçu en 2012 le trophée du meilleur analyste des sociétés d’investissement immobilier cotées (SIIC). Depuis 2014, il gère le FCP Sofidy Sélection 1, où il développe une gestion discrétionnaire visant à « surperformer, via une exposition aux actions du secteur immobilier de l’Union européenne, l’indicateur de référence FTSE EPRA/NAREIT Euro Zone Capped dividendes nets réinvestis ». 

A propos de Sofidy(i)

Depuis 1987, Sofidy conçoit et développe des produits d’investissement et d’épargne (SCPI, OPCI, SCI, SIIC, OPCVM Immobilier, Fonds dédiés) orientés principalement vers l’immobilier de commerces, et de bureaux. Gestionnaire de référence dans le paysage de la gestion d’actifs immobiliers en France et en Europe, Sofidy est régulièrement distingué pour la qualité et la régularité des performances de ses fonds. Sofidy gère pour le compte de plus de 50 000 épargnants, et un grand nombre d’institutionnels, un patrimoine immobilier d’une valeur de près de 6,2 milliards d’euros constitué de plus de 4 200 actifs commerciaux et de bureaux. Sofidy est une filiale de Tikehau Capital.

 (i ) Information extraite d’un document officiel de la société