Jean-Pierre Quatrhomme, Immovalor Gestion : « Investir en logements après la Covid… »

Jean-Pierre Quatrhomme, directeur général d’Immovalor Gestion, est face à la caméra de pierrepapier.fr. Les marchés de l’immobilier résidentiel sont en pleine mutation. L’impact de la crise, de l’exigence climatique, modifie les attentes des habitants. Mais le logement reste un actif central à privilégier. En direct, ou via des SCPI…

Que peut-on dire de l’état du marché immobilier résidentiel aujourd’hui ?

La période d’incertitude dans laquelle nous vivons est effectivement propice pour se poser la question du marché résidentiel après-crise. Tout d’abord, ce que l’on peut dire, c’est qu’en France il n’y a pas un marché résidentiel unique. Le marché doit être regardé métropole par métropole. J’ai coutume de dire que la différence de prix entre, par exemple, la Creuse et Paris, est de 1 à 9. Ce qui démontre bien la nécessité d’un examen des particularités de chaque marché local avant d’investir. Mais, globalement, on observe que l’ensemble des marchés ont fait preuve d’une grande résistance en 2020. Puisque près d’un million de transactions ont été réalisées l’an dernier.

Quelles tendances nouvelles la crise sanitaire a-t-elle fait émerger ?

Cette crise a donné une nouvelle importance au logement. Elle a renforcé, en particulier, l’importance du « bien-habiter ». Les gens recherchent aujourd’hui une plus grande proximité avec la nature. Ils ont besoin de plus d’espace. On observe notamment l’intérêt désormais porté à une pièce supplémentaire. Pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions lorsque l’on est en télétravail. Ce phénomène a aussi renforcé l’importance de la connectivité au domicile.

Ces tendances impactent-elles la structure des marchés résidentiels ?

Dans ce nouveau contexte, on s’aperçoit qu’un certain nombre de villes moyennes ont pris de l’importance. Elles remportent les suffrages d’un certain nombre d’investisseurs, à partir du moment où elles sont proches de la nature. Mais aussi où elles offrent des accessibilités ferroviaires. Des villes comme Le Mans, Laval ou Angers bénéficient ainsi d’une nouvelle dynamique dans le cadre de cette crise.

L’exigence climatique, quelles conséquences sur les logements ?

On est dans une société où la diminution de l’impact carbone devient de plus en plus importante. La construction va s’orienter vers de nouveaux matériaux comme le bois ou les éléments biosourcés. Les promoteurs sont également en train de repenser l’organisation des logements. En particulier en pensant à l’orientation des bâtiments lors de leur construction. Ou en y intégrant le traitement des eaux pluviales. Il va donc y avoir effectivement, je pense, une forte évolution dans le domaine de la construction du résidentiel.

Investir dans le résidentiel via une SCPI, une bonne idée ?

Je pense que le résidentiel a sa place dans les SCPI. D’abord parce que ces véhicules permettent aux épargnants d’accéder facilement à cette classe d’actifs. Les SCPI permettent en outre de mutualiser un risque, et de mutualiser des investissements. Elles donnent accès aussi bien aux logements traditionnels qu’aux résidences de coliving ou résidences seniors. Selon moi, les investisseurs doivent s’intéresser au résidentiel. Pour construire un patrimoine. Pour préparer leur retraite. Ou pour préparer la transmission de leur patrimoine auprès de leurs enfants…

Propos recueillis par pierrepapier.fr


Lire aussi

SCPI Allianz Pierre : deux acquisitions en février

Jean-Pierre Quatrhomme, Immovalor Gestion : « Les SCPI ne sont pas des véhicules homogènes»


A propos d’Immovalor Gestion(i)

Créée en 1983, Immovalor Gestion est une société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des marchés financiers, qui gère des SCPI pour le compte de 32 000 associés. C’est une filiale à 100% du groupe Allianz. Elle gère actuellement 5,1 milliards d’euros actifs (valeur brute estimée au 31/12/2020) représentant 1540 appartements résidentiels et 730 000 m2 d’immobilier d’entreprise. Au travers de 1 SCPI de bureaux, 8 SCPI fiscales, 4 SCI (société civile immobilière – dont 2 en unités de compte), et 5 OPPCI (organisme professionnel de placement collectif immobilier).
 (i) Information extraite d’un document officiel de la société