Alexandre Claudet, Aestiam : « Même la période de confinement a été créative »

Alexandre Claudet, le président d’Aestiam, face à la caméra de pierrepapier.fr. Il revient sur l’aventure du changement de nom et de stratégie de cette société de gestion plus que trentenaire. Et sur ses atouts pour réussir, dans un contexte « chahuté ». Interview.

Aestiam, un petit rappel ?

Je m’appelle Alexandre Claudet. J’ai repris la direction d’Aestiam, il y a quelques mois, à la suite de son rachat – quand elle s’appelait encore Foncia Pierre Gestion, par le fonds de développement Blackfin.

Aestiam, c’est une société de gestion qui est plus que trentenaire. Et dont les actifs se sont constitués au fil du temps. Ce qui nous permet aujourd’hui d’avoir un patrimoine extrêmement qualitatif.

Aestiam, c’est une société de gestion qui faisait certainement envie à beaucoup… Parce que c’est une belle endormie. Avec du potentiel. C’est une structure qui s’est constituée doucement, au fil du temps, avec des actifs de qualité.

Votre challenge des derniers mois ?

Le challenge, en fait, c’est d’arriver à « poser » la marque Aestiam dans le monde des professionnels du patrimoine. Mais aussi d’optimiser la gestion des SCPI. Notamment dans un contexte qui est un petit peu « chahuté » aujourd’hui. Pour cela, il a fallu « restaffer » la structure. A la fois sur la partie développement commercial, avec, maintenant, une direction du développement justement qui marie à la fois les équipes commerciales, le marketing, et le service client. Et de l’autre côté, au niveau des actifs, le recrutement récent d’une directrice des investissements et des arbitrages. Ainsi qu’un directeur du fund management.

Comment qualifier cette période ?

C’est une période qui, pour nous, a été extrêmement créative. Même la période de confinement a été créative. Si on veut voir le verre à moitié plein, je dirais même que cela a pu être une chance… Parce que changer de nom, changer d’identité visuelle, mettre en place de nouveaux outils, de nouveaux services, c’est quelque chose de compliqué. Or, souvent, l’opérationnel et le commercial prennent le dessus. Mais pendant cette période, tout le monde s’est concentré pendant 2 mois sur ce changement de marque, sur cette création d’outils. Et je pense qu’en 2 mois, nous avons fait des petits miracles. Peut-être des choses que l’on n’aurait jamais faites autrement. Si nous n’avions pas eu cette période de confinement.

Les SCPI, touchées par la crise ?

La crise, c’est une épreuve pour les SCPI. Mais c’est une épreuve, finalement, pour toutes les catégories d’actifs. Et, s’il est vrai que les SCPI ont un peu souffert en termes de loyer, finalement, on s‘aperçoit que ce sont des produits, des véhicules qui sont extrêmement résilients. Aujourd’hui encore, il y a une confiance des épargnants et des professionnels du patrimoine envers ces véhicules. Alors, des mutations, est-ce qu’il y en aura ? Des évolutions, certainement. Maintenant, je ne m’attends pas à des changements particulièrement violents au niveau des SCPI.

Vos atouts, face à la concurrence ?

Notre chance, notre force, certainement, c’est d’avoir des SCPI patrimoniales. Nos SCPI n’apparaissent peut-être pas comme les plus gros véhicules du marché. Puisque leurs capitalisations tournent autour des 400 millions d’euros. Mais, du fait qu’il s’agit de SCPI qui ont été constituées au fil du temps, elles détiennent plutôt des petites lignes, des petits actifs. Leur mutualisation n’a absolument rien à envier aux plus gros véhicules du marché. Cela nous permet de rester compétitifs. Notre stratégie, pour les mois qui viennent, c’est de faire croître ces fonds. Mais en restant sur des tailles d’actifs de 5 à 15 millions d’euros à peu près.

Et la recette, pour gagner ?

La recette pour gagner, c’est bien sûr d’avoir des véhicules performants. C’est également d’apporter du service. Puisque, finalement, sur un marché très, très concurrentiel, la différence se fait sur la qualité des véhicules, mais aussi sur le service apporté. Je crois aussi à la confiance et à la transparence. La transparence, c’est un maître mot pour Aestiam. A la fois vis-à-vis des épargnants. Et vis-à-vis des CGP.

Propos recueillis par pierrepapier.fr


Lire aussi

Quand Foncia Pierre Gestion est devenue Aestiam

Foncia Pierre Gestion change d’actionnaire

Aestiam : des SCPI construites pour durer


A propos d’Aestiam(i)

Foncia Pierre Gestion est devenue Aestiam le 8 juin 2020. Aestiam gère 5 SCPI représentant une capitalisation de près de 1,2 milliard d’euros. Ces SCPI sont détenues par 19 000 associés, avec près de 500 actifs immobiliers sous gestion (bureaux, commerces, hôtels) de plus de 430 000 m2. Aestiam intègre l’ensemble des métiers liés à la gestion immobilière (Investissement, Asset Management et Property Management). L’équipe est composée de 28 professionnels expérimentés.

 (i) Information extraite d’un document officiel de la société