C’est l’histoire d’un cargo qui, à l’annonce d’une dégradation des conditions météorologiques, prit quand même la mer pour économiser le coût de quelques jours d’amarrage dans un port breton. Il arriva ce qui devait arriver : emporté par la tempête, le navire s’échoua sur une plage toute proche. Il faut désormais réparer les dégâts, par la dépollution du site et la déconstruction du bâtiment…

C’est l’histoire d’un paquebot qui, à l’annonce d’un redressement des finances publiques, est soudain privé d’une partie de son carburant et contraint de payer des droits d’octroi exceptionnels. La suite est prévisible : le navire va s’échouer, laissant une partie de l’équipage sur le carreau. Il faudra alors réparer les dégâts, par des mesures de relance dans la construction et le bâtiment.

Car ce paquebot, c’est l’Immobilier, fleuron de notre économie nationale dont il est un des principaux créateurs de richesse. On aurait voulu le mettre en cale sèche qu’on ne s’y serait pas pris autrement : taxation drastique des plus-values des particuliers et des SCPI, suppression des aides à l’investissement locatif (Scellier), compression des aides à l’accession (PTZ+), pénalisation des SIIC …

Tout ça d’un coup, alors même que l’accès au crédit se durcit. Inévitablement, les marchés vont s’encalminer. Dans le résidentiel, les files de candidats locataires vont encore s’allonger. Dans l’immobilier d’entreprise, la tâche va encore se compliquer pour les fonds, cotés (SIIC) ou non cotés (SCPI), qui vont se trouver affaiblis face à la concurrence des investisseurs étrangers.

A-t-on déjà oublié que le régime SIIC a été créé en 2002 pour permettre aux foncières françaises  de se repositionner sur un marché immobilier national devenu la proie des fonds anglo-saxons étrangers ? A-t-on déjà oublié que les titres de SIIC devaient aussi servir de supports à l’épargne retraite ? Sans doute, puisque l’on exclut les SIIC des PEA et que l’on prive leurs dividendes de l’abattement fiscal de 40 %.

Il n’y a pas plus mauvaise politique immobilière que celle qui navigue à vue, pensait-on jusqu’alors. Eh bien si, il a pire : celle qui navigue à l’aveugle.

Christian Micheaud

Pierrepapier.fr >> edito
5 réponses
  1. Avatar
    Menfin dit :

    C’est explicable : nos gouvernants veulent tout contrôler. Il leur est insupportable que des citoyens n’aient pas besoin de l’état pour se loger. Le but final c’est “tout le monde en HLM”. A Paris les préemptions abusives rétrécissent le marché immobilier privé et la restriction de l’offre entraîne une hausse incontrôlable des prix. Or dans les HLM la mairie loge qui elle veut, et surtout qui dépend d’elle et va voter pour elle. L’ISF (qui au demeurant défavorise les propriétaires Français vis à vis des étrangers non résidents) alourdit aussi indirectement le coût des locations privées, de même que la CSG et le foncier qui a pris 72 % en deux ans. Le revers de la médaille avec cette nouvelle loi sera l’éclatement de la bulle car plus rien ne va se vendre, donc plus aucune rentrée fiscale et beaucoup de SDF.
    Ces atteintes de plus en plus violentes au droit de propriété sont insupportables.
    Le capitaine du bateau n’est pas aveugle, c’est un pirate qui s’en est emparé et le pille avant de le couler.

    Répondre
  2. Avatar
    MALKO dit :

    Voilà ce que donne une politique globale menée à la petite semaine, pour ne pas dire au doigt mouillé – fruit du clientélisme de nos politiques. Je crois qu’il y a des élections nationnelles dans quelques mois…

    Répondre
  3. Avatar
    MILIN Gaëlle dit :

    Bonjour,

    en tant que gérante d’une agence immobilière, j’ai particulièrement apprécié votre article. Le changement de loi sur la taxation des plus values a boosté les ventes jusque mi-décembre, au-delà le délai de rédaction de l’acte de vente n’était plus gérable pour une signature définitive fin janvier. Oui plus de ventes mais sur une période extrêmement courte, pas de quoi crier à la fortune. Depuis, c’est le calme plat. Nos clients parisiens ou étrangers étaient déjà hésitants pour un investissement en résidence secondaire, pourtant ils ont bien conscience que les prix du marché sont extrêmement attractifs, mais 30ans…c’est trop long. Les primo accédants souffrent dans leur demande auprès des banques. Pourtant, ils souhaitent acheter car le marché locatif est très tendu et les loyers élevés. Effectivement, comment bloquer un marché ? comment générer un tel manque à gagner en terme de taxes et droits d’enregistrement ? c’est chose faite et ce sont ainsi des agences immobilières qui vont fermer, donc des licenciements et donc un coût pour l’état…On ne pouvait prendre tant de mauvaises décisions en si peu de temps sauf à ne rien y connaître.

    Répondre
  4. Avatar
    Nicolas dit :

    Voilà enfin une analyse pertinente de ce que nous allons vivre. Effectivement nous navigons à l’aveugle.
    Le capitaine du bateau ne voit pas qu’à l’heure où les épargnant ne savent plus où et comment investir, l’immobilier restait un terrain sans iceberg. A l’heure où les travailleur ne compte plus sur le système de la retraite par répartition pour assurer leurs vieux jours, l’immobilier pouvait être une réponse. Ceux qui se donnaient du mal, se creusaient la tête pour investir dans l’immobilier en espérant ainsi maîtriser un peu leur avenir financier ont aujourd’hui un goût amer dans la bouche.
    Comment comprendre la nouvelle fiscalité sur les plus values qui va avoir pour effet de stopper les ventes et démotiver les achats. Avant d’encaisser la plus value, il faut qu’il y ait vente! Il faut aussi qu’il y ait achat! Les droits d’enregistrement risquent donc également de manquer, il seront privés du fait générateur.
    Comment comprendre la fin des mesures fiscales incitatives dans le neuf alors que la plupart des grandes villes manquent de logements? Comment comprendre que l’on supprime ce moteur d’emploi, de croissance et de surcroit générateur de TVA.

    Vous avez raison M. Micheaud, le capitaine du navire est aveugle!!!

    Nicolas

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *