La montée en puissance des sociétés civiles en assurance-vie se confirme

Les sociétés civiles en unités de compte d’assurance-vie captent une part de plus en plus importante de la collecte des fonds immobiliers grand public. Selon l’ASPIM, qui publie désormais des données sur cette typologie de véhicules, elles ont collecté 1,6 Md€ au 1er semestre. Soit près de 30% de la collecte totale… 

C’est l’unité de compte immobilière qui monte, qui monte… Les chiffres dévoilés par l’ASPIM dans son dernier rapport annuel confirmaient une tendance que l’accélération du nombre de lancements laissait présager : la montée en puissance des sociétés civiles dans l’univers des fonds immobiliers non cotés grand public…

Société civile immobilière : près de 30% de la collecte du 1er semestre 2021

Selon l’association des gestionnaires d’actifs immobiliers, cette « typologie de FIA » aurait en outre collecté au 1ersemestre 2021 près de 1,6 Md€. Soit pratiquement 30% de la collecte totale des véhicules de la pierre-papier non cotés (SC en UC, OPCI, SCPI). Les sociétés civiles sont certes encore loin de rivaliser avec le produit phare de la catégorie : les SCPI. Ces dernières, sans atteindre les niveaux d’avant-crise sanitaire, connaissent toujours un succès éclatant. Et ne sont plus loin d’avoir retrouvé leur dynamique de ces dernières années. Au 1er semestre 2021, elles ont en effet encore collecté plus de 3,6 Md€. En revanche, les SCI dédiées à l’assurance-vie se montrent bien plus dynamiques qu’une autre formule elle aussi paramétrée pour être prioritairement logée au sein des contrats : les OPCI.

Les OPCI en perte de vitesse

Ces derniers n’ont recueilli qu’environ 155 M€ au 1er semestre 2021. Et beaucoup moins au 2e trimestre (45 M€) qu’au premier (110 M€). Clairement en perte de vitesse, il y a peu de chance que les OPCI retrouvent cette année leur niveau de collecte d’avant-crise. En 2019, ils avaient récolté plus de 2,8 Md€ de nouveaux encours. Et encore près de 2 milliards en 2020. Les années de forte collecte, à compter de 2015 – où la collecte annuelle frôlait les 4 Md€ -, ont permis aux OPCI d’atteindre une capitalisation supérieure à 20 milliards d’euros. Soit – pour l’instant… – environ 4 milliards de plus que celle des sociétés civiles. Que l’ASPIM créditait, dans son dernier communiqué, d’un encours « de l’ordre de 16 milliards d’euros » au 30 juin dernier.


Véhicules immobiliers : des performances de l’ordre de 2% depuis le début de l’année

L’appétit croissant des investisseurs pour cette formule résulte sans doute davantage de la stratégie commerciale des réseaux de distribution que de leurs performances. Toujours selon l’ASPIM, les sociétés civiles en unités de compte afficheraient une performance globale d’environ 1,6% depuis le début de l’année. Moins, donc, que celle des OPCI mesurée par l’indice IEIF OPCI Grand Public Mensuel. Lequel les crédite d’un +2% sur la même période. Une performance similaire à celle des SCPI – mesurée par l’indice EDHEC IEIF Immobilier d’Entreprise France. Ces 2% se décomposent entre une distribution de 2,1% et une dévalorisation du prix des parts de 0,1%. « Si l’indice révèle une remontée du taux de distribution sur un an, le marché n’a pas encore retrouvé le niveau d’avant-crise » observe l’ASPIM. Au 1er semestre 2019, le rendement courant s’élevait en effet à 2,2%…

Frédéric Tixier

Lire aussi

Société civile, l’unité de compte immobilière qui monte, qui monte…

SCPI : la collecte progresse de 16% au 2e trimestre 2021 


A propos de l’ASPIM(i)

L’Association française des sociétés de placement immobilier (ASPIM) représente et défend les intérêts de ses adhérents, les gestionnaires de fonds d’investissement alternatif (FIA) en immobilier (SCPI, OPCI et autres FIA « par objet »). Créée en 1975, l’ASPIM est une association à but non lucratif qui réunit tous les acteurs du métier de la gestion des fonds immobiliers non cotés. En France, au 31 décembre 2019, les FIA en immobilier représentaient une capitalisation totale de 231 milliards d’euros. 

A propos de l’IEIF(i)

Créé en 1986, l’IEIF est un centre d’études, de recherche et de prospective indépendant spécialisé en immobilier. Son objectif est de soutenir les acteurs de l’immobilier et de l’investissement dans leur activité et leur réflexion stratégique, en leur proposant des études, notes d’analyses, synthèses et clubs de réflexion.
L’approche de l’IEIF intègre l’immobilier à la fois dans l’économie et dans l’allocation d’actifs. Elle est transversale, l’IEIF suivant à la fois les marchés (immobilier d’entreprise, logement), les fonds immobiliers (cotés : SIIC, REIT ; non cotés : SCPI, OPCI, FIA) et le financement.

(i) Information extraite d’un document officiel de la société