Merci Père Noël !

Le logement neuf a été gâté à Noël. Il s’est vu gratifier d’un cadeau surprise de dernière heure, une très substantielle réduction d’impôt. S’appellera-t-elle “Robien 3” ou “Scellier”, du nom du député du Val d’Oise qui a fait voter ce dispositif par amendement le 23 décembre ? On ne sait pas encore. Ce qui est sûr, c’est qu’elle ne remplace pas l’amortissement Robien. Non, elle vient l’épauler, le renforcer… Et le balayer, probablement, car ce 3e Robien, que nous redoutions, va faire un malheur auprès d’un large panel de contribuables. Tous ceux qui payent jusqu’à 8 000 euros d’impôt sur le revenu par an vont pouvoir réduire à zéro leur facture fiscale pendant au moins 9 ans, souvent plus. Un tel dispositif est redoutable à cause de l’usage qui risque d’en être fait. Certes, toute mesure susceptible de relancer la construction et d’accroître le parc locatif privé est bonne à prendre.

Mais, l’intérêt de l’investisseur sera-t-il mieux pris en compte, cette fois-ci, qu’il ne l’a été au cours de la période précédente, caractérisée par des prix de vente surévalués et un trop grand nombre de logements inoccupés ? En cette période de voeux, souhaitons que les professionnels aient à coeur d’offrir à leurs clients des produits performants et transparents. La performance, c’est d’abord un rendement suffisant. Est-il sensé de s’endetter à 5 % pour investir dans un bien qui rapportera moins ? La transparence, c’est la fin des « packages » et le retour à la vérité des prix. Pourquoi un investisseur devrait-il payer son acquisition 15 à 20 % plus chère qu’un accédant à la propriété ? Dans cette recherche de performance et de transparence, les épargnants auront un allié : les SCPI. Nul ne doute, en effet, que le dispositif Robien3-Scellier suscite l’émergence de nouvelles SCPI fiscales. Nous ne manquerons pas de les interroger sur les conditions de leurs investissements, les prix qu’elles ont pu négocier, les rendements qu’elles seront en mesure d’offrir. Encore un voeu. Souhaitons que l’investisseur ne se laisse plus aussi facilement aveugler par l’avantage fiscal et reste vigilant sur la qualité du bien ou du produit qu’il fait entrer dans son patrimoine. Souhaitons qu’il garde à l’esprit le diction un peu vite oublié ces derniers temps : la confiance n’empêche pas le contrôle. A toutes et à tous, pierrepapier.fr présente ses meilleurs voeux pour 2009, une bonne santé, personnelle et professionnelle, et la clairvoyance dans les investissements.

Christian Micheaud