Tour Eiffel a maintenu ses loyers malgré les cessions intervenues en 2012

Logo-Tour-EiffelLa Société d’investissement immobilier cotée (SIIC) Tour Eiffel a publié jeudi son chiffre d’affaires pour l’année 2012, qui montre comment la société est parvenue à stabiliser ses recettes locatives malgré un important programme de cessions intervenu sous la pression d’un désendettement contraint. Le chiffre d`affaires consolidé de la Société de la Tour Eiffel s’élève à 82,4 millions d’euros en 2012, par rapport à 82,3 millions en 2011, dont respectivement 69,5 et 69,4 millions d’euros de loyers, stabilité enregistrée malgré la vente de près de 110 MEUR d’immeubles sur la période 2011/2012. Les cessions sous promesse au 31 décembre 2012 atteignent quant à elles plus de 40 millions d’euros. De quoi alimenter avec l’effet en année pleine des cessions 2011/2012 la baisse des loyers. Par contre, Tour Eiffel bénéficiera de la signature au quatrième trimestre 2012 de 24.500 m² de commercialisations et renouvellements de baux (2,9 millions d’euros de loyer annuel). Et à moyen terme de la construction en cours d`un immeuble neuf labellisé BBC de 5.500 m² à Montrouge (23 MEUR d`investissements, préfinancés en 2011), dont la livraison est programmée pour le 2ème trimestre 2013.

Sur l’exercice 2012, les pertes de loyers engendrées par ces cessions (-3 millions d’euros de loyers) ont été compensées par les relocations nettes (+0,6 million), l`indexation des loyers existants (+2,4 millions) et la livraison d’un immeuble (+ 0,1 million). A périmètre constant, les loyers ont enregistré une hausse de 4,5 % alors que le taux d’occupation s’est maintenu à un niveau élevé de 91,6 % à fin 2012, contre 91,3 % au 31 décembre 2011.

La valeur du patrimoine de Tour Eiffel porte la marque des arbitrages réalisés en 2012 qui s’élèvent à 70 millions d’euros, globalement en phase avec les dernières valeurs d’expertise indépendantes. La valeur hors droits du patrimoine du groupe ressort à 915 millions d’euros au 31 décembre 2012, contre 999 millions un an plus tôt et 955 millions au 30 juin 2012. Cette diminution provient essentiellement des ventes d’immeubles réalisées dans le cadre de la gestion active du patrimoine de la société mais également d’une réduction de la valeur du patrimoine de 2,8 % à périmètre constant (comparée au 31 décembre 2011) concernant principalement les messageries et les parcs d’affaires en régions. La société insiste toutefois sur le maintien de la valeur des actifs de bureaux situés en Ile-de-France, au cœur de l`activité de la société.

Tous ces efforts auraient été vains si la société n’était pas parvenue à refinancer sa dette. Ce qu’elle a accompli dans d’assez bonnes conditions en concluant un nouveau prêt hypothécaire de 287 millions d’euros d`une durée de 5 ans. La société, qui a diversifié à cette occasion son pool de banques de financement, affiche un coût global d`endettement compétitif (inférieur à 4%) et une maturité moyenne de sa dette de plus de 5 années.

pierrepapier.fr