Société de la Tour Eiffel : suite et fin

tour-eiffel-cielChuc Hoang qui n’avait pas les moyens de lutter contre SMA-BTP a préféré lui céder sa participation avec une copieuse plus-value à la clé.

A l’issue de la réouverture de l’OPA de SMA BTP sur tour Eiffel qui s’est achevée mardi soir, l’initiateur de l’OPA est assuré d’un pouvoir sans partage sur la Société d’investissement immobilier cotée (SIIC). En effet dès lundi, Chuc Hoang a annoncé avoir apporté à l’OPA sa participation et celles des sociétés qu’il contrôle. C’est l’épilogue d’une lutte acharnée que l’homme d’affaire a mené contre le management de Tour Eiffel depuis plus d’un an. Actionnaire récalcitrant, il avait engagé plusieurs combats dans les arènes judiciaires parallèlement à sa montée en puissance dans le capital qui lui a permis d’acquérir un peu plus de 30 % du capital de la foncière. L’OPA de SMA BTP à contrarié sa prise de contrôle rampante. Mais à l’issue d’une contre-opa de sa part et des surenchères de l’assureur mutualiste, Chuc Hoang vend sa participation avec une copieuse plus-value, de l’ordre de 30 millions d’euros selon nos calculs.

Ouverte le 7 mars au prix de 48 euros, l’OPA de la SMA BTP avait d’abord été contestée en justice par M.Hoang, qui jugeait son prix « notoirement insuffisant ». Après avoir été débouté par la Cour d’appel de Paris en avril, ce dernier a lancé une contre-offre d’achat, face à laquelle la mutuelle a amélioré son offre en proposant 58 euros par action, avant que M.Hoang ne renonce à sa tentative de rachat. SMA BTP avait annoncé avoir acquis 49,3 % du capital de Tour Eiffel à l’issue de son OPA et avant sa réouverture pour 10 séances de Bourse comme le prévoit la réglementation boursière. L’assureur détiendra donc au moins 70 % du capital de sa cible.

SMA BTP a indiqué dans son prospectus d’OPA avoir l’intention de conserver le statut SIIC de Tour Eiffel. Ce qui implique que sa participation redescende sous les 60, condition imposée par le statut de transparence fiscale SIIC. L’initiateur de l’OPA devra rapidement indiquer au marché comment il entend reclasser les titres excédentaires à ce seuil sous peine de faire peser sur le cours le risque lié à un courant vendeur provoquant une baisse des cours de Bourse de Tour Eiffel.

Dans un communiqué Chuc Hoang, dirigeant du groupe Mi29-Eurobail, estime en effet « ne pas pouvoir, dans la nouvelle configuration du capital, s’engager auprès de ses co-actionnaires à la tenue des deux objectifs annoncés : le doublement du patrimoine en 3 ans et l’augmentation de 50% de la rentabilité » et d’ajouter « Nous restons convaincus que c’est le bon moment pour investir dans le marché de l’immobilier, mais nous n’investissons que lorsque les conditions sont réunies pour nous permettre d’atteindre nos objectifs de rendement et de valorisation », poursuit M.Hoang, qui détenait un peu plus de 30% du capital de la société spécialisée dans l’immobilier d’entreprise.

pierrepapier.fr