Pourquoi payez-vous une prime d'assurance-vie ?

Nous avons tous l’habitude de payer des primes d’assurance. Ainsi pour l’assurance habitation ou automobile, ou pour l’assurance-vie. Mais une “prime” est une récompense, non ? Voici une nouvelle anecdote de Guy Marty. C’était le dimanche matin 14 février 2021, sur les ondes de Sud Radio. Dans l’émission Osez investir animée par Philippe David et Thomas Binet.

Thomas Binet : Guy, une histoire savoureuse sur l’assurance-vie ?


La prime d’assurance est une récompense… pour la compagnie

Guy Marty : Eh bien, mon cher Thomas, vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous payez des « primes » d’assurance ? La prime d’assurance auto, ou d’habitation, ou d’assurance-vie…  Pourtant une prime, c’est une récompense ! Prime de fidélité, prime exceptionnelle, le bonheur en prime…

Thomas Binet : Et l’explication ?

Ce n’est que depuis les années soixante que les banques s’occupent des particuliers(1). Avant, il y avait surtout les caisses d’épargne, et les compagnies d’assurances. Les contrats d’assurance-vie(2) étaient pratique courante. Les compagnies avaient même des contrats dits « populaires », pour la petite épargne.

Mais voilà, autre époque, autre langage ! La compagnie faisait à ses clients la faveur de bien vouloir les assurer… en échange, le client « récompensait » la compagnie. D’où la « prime » d’assurances. Les mots sont restés.

Thomas Binet : Il y a d’autres conséquences dans le vocabulaire que la seule “prime” d’assurance ?

Oh oui, par exemple le « risque décès » dont parlent les assureurs n’a rien à voir avec le chagrin de vos proches : c’est le risque, pour la compagnie d’assurances, d’avoir de l’argent à verser. Vous voyez, nos amis assureurs veulent que vous restiez en bonne santé !

Et puis, il y a un autre aspect important, puisqu’aujoud’hui l’assurance-vie est devenue un moyen courant d’épargner, ou de préparer sa retraite. Quand vous souhaitez reprendre votre argent, en fait la compagnie, dans son immense bonté, accepte de vous racheter votre contrat. D’où la « valeur de rachat » pour désigner l’argent dont vous pouvez disposer. Cela revient au même dans la pratique, mais il y a la façon de le dire.


Notes

(1) C’est à partir de 1967 que les particuliers ont ouvert des comptes dans les banques. Voir par exemple Histoire de la banque

(2) On payait autrefois des primes pour :

  • Des contrats d’assurance-vie. Il s’agissait d’une assurance à la foi “décès” et “vie”. Soit un capital  était versé aux bénéficiaires au moment du décès, soit on recevait son épargne à la fin.
  • Et des contrats de “capitalisation”. Pour épargner uniquement.

Les contrats d’assurance-vie d’aujourd’hui sont en réalité l’équivalent des anciens contrats de capitalisation.

Si vous aimez le “bonheur des mots”, voici d’autres anecdotes :

Promoteur, vous avez dit promoteur ?

La belle histoire du crowdfunding immobilier

Immobilier et finances, même combat