La demande de logements des institutionnels en fort retrait chez Altaréa-Cogedim

La filiale de promotion d’Altaréa-Cogedim enregistre une forte progression de ses recettes tirées de la livraison de logements au troisième trimestre avec un chiffre d’affaires de 664 millions d’euros en hausse de 23,6 % sur les 538 millions constatés un an plus tôt. Mais l’avenir s’assombrit en raison de la forte contraction des réservations qui s’inscrivent en repli de 29 %, à 599 millions d’euros. C’est la demande institutionnelle qui fléchit le plus avec une baisse des réservations de 49 %. On peut y voir les effets de la fin du régime Scellier, alors que les modalités du nouveau régime Duflot sont encore floues et que le nouveau dispositif orienté vers le logement intermédiaire ne fera pas forcément l’affaire des promoteurs privés. Cependant Cogedim se veut confiante et relève que les réservations sont en voie de reprise après un début d’année marqué par un fort attentisme lié au contexte électoral. Le risque semble maitrisé puisque la société indique que le stock d’appartements achevés invendus est resté quasi nul. Elle estime par ailleurs conserver un piepeline suffisant dans le contexte actuel marqué par une forte incertitude en privilégiant les produits d’entrée et de milieu de gamme qui correspondent à la moitié de l’offre à la vente à la fin septembre. Avec un backlog de 1466 millions d’euros, Cogedim dispose d’une bonne visibilité sur son chiffre d’affaires et réitère son objectif de chiffre d’affaires en forte progression pour l’année 2012. Dans la promotion de bureaux, sur les neuf premiers mois de l’année 2012, le chiffre d’affaires de l’activité Bureaux est en hausse de 5,3%, à 82,6 millions d’euros.

L’autre pôle d’Altarea-Cogedim, celui de propriétaire d’actifs de commerces enregistre un léger tassement de ces loyers. Au troisième trimestre 2012, ils s’élèvent à 39,7 millions d’euros, contre 40,4 millions un an plus tôt et 39,9 millions lors du deuxième trimestre. Sur neuf mois, ils atteignent 120 millions d’euros contre 121,1 millions pour la même période de 2011. Ce léger repli est compensé par une hausse des prestations de services et des revenus annexes qui autorise un chiffre d’affaires des neufs premiers mois 2012 pour le « commerce physique à 139, millions d’euros contre 134,4 millions, un an plus tôt. L’effet de la hausse des loyers à périmètre constant a presque compensé celui des cessions ».

L’essentiel de la hausse du chiffre d’affaires publié par le groupe, provient, outre la promotion de logements, de l’intégration du site de vente en ligne Rue du Commerce. Le chiffre d’affaires en ligne et commission « galerie marchande » ont généré 204,5 millions d’euros de recettes additionnelles (+1,1%). Altarea-Cogedim a racheté Rue du commerce il y a tout juste un an car ce site présente la particularité d’une galerie marchande, qui permet à des partenaires de vendre leurs produits en ligne par l’intermédiaire du site. La foncière y voit un moyen de doper les ventes des marchands installés dans ses galeries pour créer la première foncière mêlant l’e-commerce et le commerce physique. Toutefois le lent développement de ce site repose la question du prix payé : 100 millions d’euros.

A propos d’Altaréa Cogedim
Coté sur le compartiment A de NYSE Euronext Paris (SRD Long Only), Altaréa Cogedim est un acteur de référence de l’immobilier. A la fois foncière de commerce et promoteur, il est présent sur les 3 principaux marchés de l’immobilier : commerce, logement, bureau. Il dispose pour chacun de l’ensemble des savoir-faire pour concevoir, développer, commercialiser et gérer des produits immobiliers sur mesure. En rachetant Rue du Commerce, un des leaders du e-commerce en France, Altaréa Cogedim devient la 1ère foncière commerce multicanal.
Altaréa Cogedim détient un patrimoine de centres commerciaux de 2,5 milliards d’euros avec une capitalisation boursière d’environ 1,3 milliard d’euros.

pierrepapier.fr