Fusion programmée des SCPI Pierre Altitude et Atream Hôtels

Exposées au secteur de l’immobilier de tourisme, ces deux SCPI ont subi de plein fouet les effets de la crise sanitaire. Plus particulièrement Pierre Altitude, investi dans un seul actif. La société de gestion a décidé de fusionner les deux véhicules et d’en élargir l’univers d’investissement.  

L’opération sera validée -ou non- le 22 juin prochain. C’est à cette date que les associés d’Atream Hôtels seront amenés à se prononcer sur le projet d’absorption de Pierre Altitude. En cas de réponse positive, la fusion sera effective avec un effet rétroactif au 1er janvier.

Pierre Altitude, un seul actif en portefeuille

Le projet, approuvé par le conseil de surveillance le 11 mai dernier, prévoit une parité d’échange d’une part de Pierre Altitude pour 0,24865 part d’Atream Hôtels. Objectif de ce rapprochement : permettre aux associés de la SCPI absorbée de se repositionner sur un véhicule plus capitalisé et diversifié sur un plus grand nombre d’actifs. Pierre Altitude, lancée en octobre 2018, ne détenait en effet au 31 mars dernier qu’un seul actif immobilier, acquis en octobre 2019. Situé, conformément à la stratégie de Pierre Altitude -le tourisme de montagne- dans la station Arc 2000, cet hôtel-club géré par le groupe MMV a en outre subi de plein fouet les conséquences de la crise sanitaire. La fermeture des remontées mécaniques l’a, de fait, privé de l’essentiel de ses recettes, réalisées uniquement pendant la période hivernale.

Pierre Altitude, un rendement de 2,81% en 2020

En 2020, la SCPI avait néanmoins réussi à distribuer 4 acomptes trimestriels. Mais avec un taux de rendement final en forte baisse (2,81%) par rapport à 2019 (4,80% en annualisé). Au 1er trimestre 2021, le locataire n’ayant pas réglé de loyers, Pierre Altitude n’a en revanche pas « été en capacité de verser d’acompte sur dividende », précise le dernier bulletin de la SCPI. Celle-ci a toutefois bon espoir de procéder à un rattrapage de distribution, une fois les loyers encaissés. Mais, bien consciente que la situation devenait de plus en plus compliquée, la société de gestion, Atream, avait envisagé fin 2020 « un scénario de fusion avec la SCPI Atream Hôtels ». C’est cette option qu’elle a donc retenue. Tout en conservant « sa confiance dans l’attractivité de l’investissement dans l’hébergement touristique de montagne ».

Atream Hôtels, un track record plus significatif

En devenant associés d’Atream Hôtels, les actuels porteurs de parts de Pierre Altitude (au nombre de 28) ne devraient pas perdre au change. Cette SCPI, lancée quant à elle en 2016, dispose d’un track record plus significatif. Forte d’une capitalisation de 223,6 M€, son patrimoine comprenait 17 actifs au 31 mars dernier. Avant la crise, ses rendements annuels oscillaient entre 4,60% et 4,80%. Positionnée initialement sur le seul segment de l’immobilier hôtelier, elle a évidemment elle aussi souffert depuis le début de la pandémie. Les mesures d’accompagnement envers ses locataires ont réduit significativement les loyers perçus en 2020. Conduisant à un taux de rendement en baisse, à 2,37%. La SCPI affiche toutefois un taux d’encaissement des loyers de l’ordre de 70%. Et a bon espoir que ce taux se relève au fur et à mesure de l’amélioration de la situation sanitaire.

Elargissement de l’univers d’investissement

D’autant qu’Atream Hôtels a procédé, durant la crise, à plusieurs acquisitions. Fin décembre, elle s’est notamment portée acquéreur d’une résidence hôtelière à Levallois-Perret. Et d’un village-vacances à l’Isle-sur-la-Sorgue. Fin mars, elle signait une promesse pour un hôtel situé à proximité d’Amsterdam. Ses prochaines acquisitions pourraient en outre venir concrétiser l’élargissement de son périmètre d’intervention, décidé fin 2020. Atream Hôtels va en effet désormais s’intéresser à d’autres classes d’actifs que celles du seul secteur hôtelier. Sa stratégie d’investissement vise en effet maintenant aussi les actifs d’hôtellerie de plein air, les résidences étudiantes ou de co-living. Ainsi que les auberges de jeunesse et les résidences seniors non médicalisées. Un niveau de diversification supplémentaire qui vise à « offrir des éléments de sécurisation complémentaires pour nos souscripteurs », comme l’expliquait Atream dans le bulletin d’information de la SCPI fin 2020.

Marché des parts suspendu

L’opération de fusion en cours a conduit à la suspension du marché des parts d’Atream Hôtels et Pierre Altitude depuis le 7 mai dernier. Il devrait rouvrir après la décision de l’assemblée générale du 22 juin. A noter que, sous réserve que l’opération soit validée, les parts nouvelles d’Atream Hôtels créées en rémunération de la fusion porteront jouissance au 1er janvier 2021. Mais que les dividendes versés avant la date de réalisation de la fusion ne bénéficieront qu’aux seuls associés « originels » de la SCPI…

Frédéric Tixier


Lire aussi

Atream : nouveau FPCI et nouvelle SCPI en cours de lancement

Aestiam tire les conséquences de l’impact de la crise sanitaire sur le secteur hôtelier


A propos d’Atream(i)

Créée en 2008, Atream est une société de gestion indépendante spécialisée dans la gestion d’actifs et de fonds immobiliers. Forte d’une équipe de plus de 50 collaborateurs, Atream a développé une expertise reconnue sur les actifs adossés au secteur du Tourisme. Notamment en accompagnant de grands exploitants tels que Accor, Mama Shelter ou Club Med. Dès 2011, Atream a fait le choix de diversifier son offre en investissant également dans les secteurs tertiaire, résidentiel puis viticole en pleine croissance. Atream gère et conseille aujourd’hui près de 4 milliards d’euros d’encours. Soit plus de 300 actifs implantés dans 4 pays européens (France, Allemagne, Pays-Bas, Belgique). Atream est agréée AMF et AIFM pour ses activités de gestion de portefeuille immobilier et de capital investissement. Elle est membre de l’ASPIM.

 (i) Information extraite d’un document officiel de la société