Décollecte des OPCVM immobiliers en juillet

opcvmPour le 3ème mois consécutif, les OPCVM immobiliers ont subi des retraits, de l’ordre de 300 M€. Au 31 juillet, la collecte annuelle reste encore positive (+23,9 M€), mais très en deçà de la collecte de 2014, de 762 M€.

Leurs performances ne sont pas en cause. La progression moyenne des OPCVM immobiliers (hors ETF) reste, sur 3 ans, très largement positive. A fin juillet 2015, leur rentabilité annualisée globale[1] ressortait à 16,8%, pour une volatilité de 12,9%. Des résultats en phase avec les principaux indices immobiliers européens, dont les rentabilités annualisées sur la même période s’échelonnent entre 15,99% (EURONEXT IEIF SIIC France) et 21,41% (EURONEXT IEIF REIT EUROPE). En témoigne d’ailleurs la progression constante de leur valeur de marché, passée de 9 Md€ à 9,5 Md€ entre le 1er janvier et le 31 juillet 2015.

Décollecte nette – Les fonds immobiliers ont pourtant subi une nouvelle fois d’importants dégagements en juillet (décollecte nette de 66 M€), après des mois déjà négatifs en juin (-62 M€) et encore plus en mai (-165 M€) ou en mars (-268 M€). Une situation atypique sur le marché européen, les fonds investis en actions[2] ayant enregistré une collecte de 8,29 Md€ en juillet, soit le mois le plus fort en termes de collecte depuis juillet 2014, selon Morningstar. Toutefois, en dépit de ces retraits mensuels importants, la collecte annuelle nette reste encore positive (+23,9 M€), mais très en deça de la collecte de 2014, de 762 M€.

Les ETF en retrait, en capitalisation – Même si la tendance n’est pas massive, la part des ETF dans l’encours total des OPCVM immobilier est une nouvelle fois en léger retrait. Alors que ces produits indiciels cotés représentaient encore 65,7% de la catégorie immobilière en mars dernier, ils n’en constituent aujourd’hui –au 31 juillet- que 65%, l’actif net des « Trackers » ayant progressé de manière plus modérée durant le mois de juillet (+4%) que celui des OPCVM immobilier hors ETF (plus de 6%). Les OPCVM immobiliers dans leur ensemble représentaient 3% des OPCVM actions, une proportion stable par rapport aux derniers mois.

Plus forts collecteurs / décollecteurs – Des 52 OPCVM recensés par l’IEIF au 31 juillet, ce sont les ETF qui occupent les premières et dernières places du classement de la collecte en juillet. L’IShares Developed Markets Property Yield UCITS, en pole position, recueille 22,6 M€ de souscriptions nettes, quand un produit du même gestionnaire, l’IShares US Property Yield UCITS, affiche la plus forte décollecte, avec 73,4 M€ de retraits nets… Le premier fonds collecteur hors ETF net est Oddo Immobilier (+9,2 M€), le plus « décollecteur » CM-CIC Pierre (-6,8 M€).

[1] Performances dividendes nets réinvestis – Moyenne pondérée par l’actif – Hors ETF
[2] Toutes zones géographiques confondues