Collecte nette : les OPCI font désormais presque jeu égal avec les SCPI

Au 1er semestre 2016, les OPCI grand public ont recueilli près de 2 Md€ de nouvelles souscriptions nettes. C’est moins que les SCPI (2,45 Md€), qui elles même enregistrent une collecte historique, mais l’écart entre les deux formules phare de la pierre-papier se réduit. La collecte nette des OPCI représente 44,8% de l’ensemble de la collecte à fin juin 2016, contre 36,5% en 2015 et 21,7% en 2014…

Succès confirmé… Si les dernières statistiques ASPIM/IEIF attestent du dynamisme commercial des SCPI, elles constatent également la montée en puissance des OPCI grand public. Ces « petits-frères » des SCPI, apparus en 2008, connaissent eux aussi un succès foudroyant.

Explosion de la collecte nette – Jusqu’en 2013, le niveau de leur collecte reste anecdotique. Leur croissance devient plus significative à partir de 2014 (814 M€) mais surtout de 2015, où ils enregistrent un niveau de collecte (2,5 Md€) 3 fois supérieur à l’année précédente, et 8 fois plus élevé qu’en 2013. Le 1er semestre 2016 consacre cette tendance : avec une collecte nette de 1,993 M€, c’est un bond de 60% par rapport au 1er semestre 2015 qui est réalisé. Un succès qui s’explique en grande partie par l’adéquation entre le profil « rendement/risque » de ce support d’investissement liquide et éligible à l’assurance vie, et les besoins d’épargnants à la recherche d’un produit de substitution aux fonds en euros, dont les rendements s’érodent parallèlement à la baisse des taux. Un statut que les distributeurs de contrats utilisent d’ailleurs comme argument pour inciter les souscripteurs à sortir des fonds en euros, ou à se diversifier sur d’autres supports. Résultat : en dépit d’une progression elle aussi spectaculaire des encours des SCPI, les OPCI font désormais presque jeu égal, en termes de collecte, avec leurs ainées. La collecte nette des OPCI représente, à fin juin 2016, 44,8% de l’ensemble de la collecte. Contre seulement 36,5% en 2015, 21,7% en 2014 et 0,9% en 2008… En termes de capitalisation, les SCPI restent en revanche loin devant (plus de 40 Md€), contre un peu moins de 6,6 Md€ pour les OPCI.

evolution-collecte

Amundi creuse une nouvelle fois l’écart – Si les OPCI rencontre un succès croissant c’est aussi, on l’a dit, parce que les distributeurs et leurs fournisseurs poussent à la vente. Au 30 juin dernier, 8 sociétés de gestion étaient présentes sur ce créneau, une 9e venant tout juste de les rejoindre, ajoutant un 13e OPCI à l’offre existante. La société de gestion qui a le plus collecté au 1er semestre 2016, comme en 2015, est Amundi Immobilier. Avec une collecte nette de 1,2 Md€, majoritairement portée par son OPCI phare Opcimmo, elle totalise 56 % du total des souscriptions nettes, et recueille en six mois quasiment les mêmes encours que sur l’ensemble de l’année 2015 (1,49 Md€). C’est toutefois moins, en termes relatifs, que sur l’année 2015, où Amundi Immobilier s’était arrogée plus de 60% des souscriptions… En deuxième position, AXA REIM collecte un peu plus du tiers des capitaux captés par son concurrent (406 M€), mais réalise également, en un semestre, environ 60% de sa collecte annuelle 2015 (674 M€). BNP Paribas REIM, en 3e place avec 228,6 M€ de souscriptions nettes, fait beaucoup mieux que sur l’ensemble de l’année 2015 (45,2 M€). Les autres sociétés de gestion se partagent les 12% de souscriptions nettes restantes. Mais l’OPCI de NAMI-AEW Europe, qui est désormais distribué par le réseau des Banques Populaires, affiche une collecte très nettement supérieure à celle de l’année 2015 (111,2 M€ sur les six premiers mois de 2016, vs 8,6 M€ en 2015). D’une manière générale, toutes les sociétés de gestion enregistrent des scores plutôt supérieurs au rythme 2015. D’autres acteurs devraient prochainement les rejoindre : on attend notamment les lancements annoncés par Fiducial et Sofidy.

opci-collecte

Frédéric Tixier

A propos de l’IEIF
L’Institut de l’Épargne Immobilière et Foncière, centre de recherche indépendant, est le lieu privilégié d’échanges et de réflexions pour les professionnels de l’immobilier et de l’investissement.
Sa mission est de fournir de l’information, des analyses et des prévisions, et d’être un incubateur d’idées pour la profession.

A propos de l’ASPIM
L’Association française des Sociétés de Placement Immobilier (ASPIM) est la structure de représentation de la gestion des fonds immobiliers non cotés que sont les SCPI et les OPCI. Dans ses relations avec les autorités françaises et internationales en charge des sujets intéressant ses adhérents, sociétés de gestion agréées par l’AMF, l’ASPIM défend et promeut les intérêts des investisseurs de ces fonds et s’attache à démontrer les apports à l’économie nationale de ce secteur professionnel.

1 réponse
  1. Avatar
    immobilier d'entrepise dit :

    Très pertinent comme article merci. Personnellement, je pense qu’en terme de liquidité, c’est-à-dire de rachats potentiels de parts, l’intérêt de l’OPCI est que, grâce à sa composante monétaire et OPCVM, la liquidité offerte pour le client est en principe supérieure à la détention de l’immobilier ou de SCPI en direct. Dans le cadre de l’assurance vie, la liquidité est assurée réglementairement sous 2 mois maximum.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *