Chevalier blanc ou fumée blanche à la Tour

arcUn volume de transactions bien supérieur à la moyenne a animé le marché boursier du titre de la foncière alors que les dirigeants sont fragilisés par l’activisme de leur plus gros actionnaire.

Les dirigeants de la société Tour Eiffel sont-ils parvenus à trouver des alliés pour contrer la prise de contrôle de facto de leur nouvel et encombrant actionnaire, la société MI 29 qui a grignoté plus du quart de son capital en quelques mois (voir pierrepapier.fr du 5 novembre 2013) ? Ou bien Chuc Hoang le patron de MI29 a-t-il rompu avec sa stratégie de ramassage des titres au fil de l’eau pour acquérir des blocs plus significatifs ?

En tout cas, on a constaté un volume de transactions inhabituel sur le titre Tour Eiffel mardi 4 novembre. Ce sont plus de 77 000 titres qui ont changé de mains dans la séance ? C’est près de moitié plus que le record de 50 pièces échangées à la mi-octobre. Ce qui contraste avec un marché du titre qui tourne habituellement entre 5 000 et 2 000 titres sur l’année écoulée.

Ce regain d’intérêt a permis à l’action de regagner 1,6 %.

A propos de Tour Eiffel
Société d’Investissements Immobiliers Cotée (SIIC) sur Euronext Paris, sa stratégie privilégie l’investissement dans des zones à fort potentiel et la fourniture d’immeubles neufs loués à des acteurs de premier plan. Son patrimoine s’élève à 809 millions d’euros pour des actifs situés tant en région parisienne qu’en province.
Le 5 novembre 2013 au cours de 49,87 euros, sa capitalisation boursière atteint 310,5 millions d’euros.

pierrepapier.fr