Bilan mitigé des OPCVM immobiliers au premier trimestre

fcpLa part des trackers atteint 62 % de la capitalisation du secteur. La décollecte épargne les fonds les plus dynamiques alors que la bonne performance des fonds du secteur permet aux OPCVM immobiliers de renforcer leur position relative au sein de la gestion collective investie en action.

Il y a plusieurs manières d’apprécier le comportement des OPCVM immobiliers, tel qu’il ressort de la dernière étude de l’IEIF portant sur le premier trimestre de l’année. Les performances sont largement au rendez-vous pour les OPCVM de sélection de valeurs qui affichent 18,98 % de performance annualisée. L’autre point positif tient à la part des OPCVM immobiliers, y compris les trackers qui représentent, avec 6,47 milliards d’euros d’actifs à la fin mars, 2,35 % de la capitalisation des OPCVM investis en actions (contre 2,31 % en fin d’année 2013).

Cependant, ces données masquent le recul de la gestion de conviction au profit de la gestion indicielle qui accapare maintenant 62 % de la capitalisation du secteur. Et parmi les trackers, les 4 ETF de Barclays Ishares représentent à eux seuls 3 milliards d’euros d’actifs nets, soit 49% de l’encours total des OPCVM immobiliers disponibles pour les investisseurs particuliers et institutionnels en France. Pis, les OPCVM immobiliers ont encore du faire face à des rachats au premier trimestre 2014 : la décollecte nette s’élève à 192 millions d’euros en mars, après une collecte de 26 millions d’euros en février et une collecte de 100 millions en janvier. La croissance de l’encours et de la part relative des OPCVM immobiliers au sein des OPCVM actions tient donc à leur performance. Le courant de collecte positive qui a démarré à la mi-2009 semble connaître une rupture depuis deux trimestres.

Cependant au jeu de la collecte, le mouvement est loin d’être uniforme. Si Allianz, l’un des jumbos de la gestion active du secteur (290 millions d’euros d’encours) fait face à des retraits de 22,3 millions d’euros, certains OPCVM enregistrent une collecte soutenue. C’est notamment le cas pour Agipi Immobilier qui a attiré 12,9 millions de souscriptions au premier trimestre 2014, BMM Pierre Capitalisation (7,2 millions) et Immobilier 21 (4,4 millions).

Pierrepapier.fr