Avec le siège de Sanofi, les actifs gérés par PAREF passent le cap du milliard d’euros

sanofi-atriumLes loyers de la foncière se stabilisent, les commissions de gestion progressent fortement grâce au succès de la SCPI Novapierre Allemagne. PAREF Gestion a obtenu l’agrément d’un OPCI de plus de 300 millions d’encours.

La société d’investissement immobilier cotée (SIIC) PAREF a stabilisé l’an dernier les loyers de ses actifs d’immobilier d’entreprise (- 1,5 %) à 16,6 millions d’euros. Cependant une nouvelle fois l’activité de la société est tirée par son pôle de gestion pour compte de tiers. PAREF Gestion a réalisé l’an dernier sa deuxième meilleure collecte qui a été largement portée par le succès du lancement de la SCPI Novapierre Allemagne. De sorte que l’an dernier, les commissions de gestion ont progressé de 30 % à 6,6 millions d’euros. Le chiffre d’affaires 2014 de la SIIC PAREF ressort à 23,4 millions d’euros (+ 6,1 %).

A la fin 2014, le total des actifs détenus ou gérés par le groupe PAREF, après élimination des doubles emplois (investissements de PAREF dans les véhicules gérés par PAREF Gestion) s’élève ainsi à 859 millions d’euros, contre 816 millions d’euros à fin 2013 en progression de 5,2%. Il faudra dorénavant ajouter à cet encours l’OPCI pour lequel PAREF Gestion vient de recevoir l’agrément. PAREF a en effet structuré un OPCI destiné à porter l’immeuble du siège de Sanofi situé rue La Boétie dans le huitième arrondissement de Paris près des Champs-Elysées. Ce véhicule dont la capitalisation dépasse 300 millions d’euros porte l’encours sous gestion à 1 160 millions d’euros.

En 2014 la collecte brute totale de PAREF Gestion a atteint 55,3 millions d’euros. La SCPI investie en commerces en Allemagne, Novapierre Allemagne se taille la part du lion avec 41,9 millions d’euros de souscriptions. Forte de ces investissements rapidement mis en œuvre, la SCPI procèdera à sa première distribution de revenus dès le mois de mai prochain, « avec un an d’avance » se félicite Thierry Gaiffe, le directeur général de PAREF Gestion.

La collecte de Novapierre 1, dont la capitalisation avait presque doublé lors de 2011 à 2013, à 151,6 millions d’euros, a marqué le pas avec 3,3 millions d’euros de collecte l’an dernier. Les revenus distribués par part sont remontés pour le premier trimestre à 4,8 euros après avoir connu un creux au second semestre 2013. Pour l’ensemble de l’année, le revenu des parts de Novapierre 1 s’est élevé à 18,60 euros contre 18,55 euros alors que le prix des parts est maintenu à 430 euros. Ce qui leur confère un rendement de 4,33 %.

A l’opposé, la SCPI Interpierre France a vu ses revenus croître à 54,6 euros contre 53,10 euros en 2013. Le rendement des parts ressort à 5,2 % pour les parts dont le prix est resté inchangé à 1 050 euros. Ce véhicule a collecté 2,1 millions d’euros. Son Taux d’Occupation Financier, qui était remonté de 89,7 % en fin 2013 à 94 % à la fin septembre 2014 accuse une progression en fin d’année en revenant presque à son niveau de décembre 2013 (89,8 %). Cependant pas de risque sur la distribution de revenus car cette SCPI dispose du report à nouveau le plus conséquent de toutes les SCPI d’immobilier d’entreprise avec 18 mois de distribution en stock.

La quatrième SCPI d’immobilier d’entreprise gérée par PAREF Gestion, Capiforce Pierre, n’a toujours pas ré-ouvert son capital. Son marché secondaire atteint 1,5 million d’euros. Elle dispose pourtant de solides atouts puisque malgré la forte progression du prix des parts en 2014 (les derniers échanges de parts se sont réalisés à 301 euros contre un prix moyen de 257,84 euros en 2013), son rendement reste l’un des plus élevés parmi toutes les SCPI. Il atteint 6,05 % en raison de la distribution exceptionnelle de plus-values intervenue au troisième trimestre (pour 2,5 euros par part). Cette distribution est cependant confortée par un généreux report à nouveau représentant 5 mois de distribution. Son taux d’occupation de 98,9 % (contre 94,9 % à la fin 2013) illustre la qualité de son patrimoine diversifié principalement investi en bureaux et en locaux commerciaux et industriels.

Enfin la SCPI de capitalisation investie en logements décotés en raison de la protection dont bénéficie les occupants payant des loyers inférieurs au marché, Pierre 48 a attiré des souscriptions pour un montant de 6,4 millions d’euros. Elle bénéficie toujours d’un bon taux d’occupation physique de 93,9 %. Le prix des parts a été réévalué à 1 289 euros contre un prix acquéreur moyen de 1 261,20 euros en 2013, mais la distribution a été ramenée à 10 euros par part contre 14 euros un an plus tôt. Alors que la SCPI continue d’acheter des appartements décotés (elle a acquis un appartement décoté de 35 % dans VIème arrondissement de Paris), elle va bénéficier de l’arrivée à échéance de deux usufruits temporaires de 37 millions d’euros qui lui permettront soi de vendre le bien en pleine propriété soit de consentir un nouvel usufruit temporaire.

En 2014, Pierre 48 a vendu pour 9,3 millions d’euros d’actifs en 2014 générant pour 4,2 millions d’euros de plus-value nette d’impôt distribuable. Pour mémoire au 31 décembre 2013, le coût d’acquisition du patrimoine de Pierre 48 s’établissait à 119 millions d’euros alors que la valeur d’expertise du patrimoine occupé par usufruitier et des locataires protégés ressortait à 263,7 millions d’euros. Libérés, ces appartements ont une valeur de 328,1 millions d’euros, soit près de 20 millions d’euros de plus que la capitalisation de la SCPI Pierre 48.

pierrepapier.fr