Alexandre Dumas a négocié une rente viagère

Alexandre Dumas a négocié une rente viagère

Alexandre Dumas reçut un jour une lettre assez originale. Qui l’a conduit à inventer une rente viagère elle aussi assez originale… Chaque dimanche matin, Guy Marty raconte une anecdote historique sur les ondes de Sud Radio, dans une émission animée par Philippe David et Thomas Binet. Podcast…

Aujourd’hui, nous allons parler des trois mousquetaires

Guy Marty – Plus exactement, d’Alexandre Dumas, celui qui a donné une seconde célébrité à d’Artagnan et à ses trois mousquetaires. Alexandre Dumas reçut un jour une lettre assez originale. C’était un employé de la mairie d’un petit village qui écrivait respectueusement au maître que ses livres étaient des chefs-d’œuvre, mais que son village était pauvre. Il demandait donc à l’auteur des Trois mousquetaires et du Comte de Monte Cristo, l’immense faveur d’offrir à la bibliothèque plusieurs de ses œuvres.

Et la réponse d’Alexandre Dumas ?

Guy Marty – Il a répondu qu’il voulait bien offrir ses œuvres complètes, mais à une condition. Que le village lui envoie chaque année douze de ses beaux et bons melons. En fait c’était le village de Cavaillon ! Dont les melons étaient déjà fort réputés. Et ainsi Alexandre Dumas reçut jusqu’à la fin de ses jours, douze melons de Cavaillon chaque année.

Une rente viagère en quelque sorte…

Guy Marty – Exactement ! Surtout, c’est une belle leçon en matière de placement. Ce n’est pas le moment où l’on épargne qui est le plus intéressant, c’est ce qu’on en fera ensuite. L’intuition des artistes est parfois formidable. Alexandre Dumas aurait pu être conseil en gestion de patrimoine…

 

L’histoire, pour le plaisir ou pour mieux comprendre le présent… Vous trouverez sur ce site de nombreuses anecdotes ou références historiques. 

En voici quelques exemples

Le saut à la perche, pour l’optimisation fiscale

Immobilier et finance, même combat

Immobilier : l’histoire des années soixante et soixante-dix