Tour Eiffel boucle son augmentation de capital avec plus d’un mois d’avance

tour-eiffel-cielLa SIIC peut maintenant s’atteler à redéployer son portefeuille immobilier et à travailler sur un refinancement à bon compte pour accroître son cash-flow.

La totalité des bons de souscription permettant de souscrire des actions nouvelles Tour Eiffel a été exercée mercredi 17 juin, clôturant avec plus d’un mois d’avance l’augmentation de capital en cours. Philippe Lemoine, directeur général de la société d’investissement immobilier cotée (SIIC) et son actionnaire de référence SMA-BTP ont donc gagné haut la main leur pari de conserver le statut de transparence fiscale pour cette foncière. SMA-BTP, qui avait obtenu près de 90 % du capital à l’issue des surenchères de son OAP victorieuse sur la foncière, devait en effet repasser impérativement sous le seuil des 60 %. L’assureur mutualiste a fait le choix volontariste de procéder par une dilution de sa participation dans le cadre d’une grosse augmentation de capital au même cours – 58 euros – que celui de l’OPA, très proche de l’actif net réévalué par action, alors même que le titre avait reflué à la clôture de l’offre publique jusqu’à 44 euros.

La nouvelle géographie du capital laisse 59,8 % à SMA-BTP. Derrière l’actionnaire de référence, Malakoff Médéric détient 10,94 % du capital, Suravenir 9,11 %, AG Insurance 7,32 %, Mutuelle Générale et Humanis 2,75 % chacun. Le solde (7,35 %) constituant le flottant.

La Société de la Tour Eiffel (STE) va maintenant s’employer à mettre en œuvre son plan stratégique de doublement de son patrimoine immobilier d’ici 3 ans, pour le porter à 1,6 milliard d’euros. Prudent, Philippe Lemoine se contente de signaler qu’il va prochainement annoncer des acquisitions. Celles-ci s’inscriront dans les 3 catégories d’actifs privilégiés par STE (actifs sécurisés par des baux longs sur la base de rendement compris entre 6,2 et 7,5 %, opérations de développement propres sur le patrimoine foncier de la société et développement externe) en sachant que l’ancien patron de Silic garde sa préférence pour les parcs d’activité. Très attentif au développement du Grand Paris, Philippe Lemoine est particulièrement intéressé par les réalisations du pôle d’excellence de Saclay. Ce qui tombe bien puisque STE dispose de réserves foncières à Orsay qui jouxte ce plateau. Si aucune opération de croissance ne devrait à très court terme être payée en action STE, le directeur général estime que ce scénario verra le jour à plus long terme, sans toutefois que SMA-BTP ne voit sa participation tomber sous les 51 %. Sans donner de prévisions chiffrées qu’il réserve à la réunion des analystes financiers de la fin du mois de juillet, il se contente d’indiquer avec le sourire que l’année 2015 sera bonne… elle le sera notamment parce que, depuis son arrivée à l’automne dernier, la société a sécurisé 93 % de ses baux jusqu’en 2017. La gestion du passif portera parallèlement ses fruits, alors que le ratio d’endettement (LTV) revient à l’issue de l’augmentation de capital dans la zone des 34 % et que cette baisse de l’endettement s’accompagne de refinancement dans des conditions bien plus favorables que celles qui conditionnaient les emprunts contractés par STE au cours des années passées. Le nouveau profil de la société couplé à la baisse des taux d’intérêt lui assure une grosse augmentation de son cash-flow. Les résultats seront également favorablement impactés par la ré-internalisation du service de gestion jusque là confié à des partenaires externes.

pierrepapier.fr