Selectirente conforte la prochaine hausse de son dividende

chickhouseLe profil très résistant des murs de boutique et les performances de la gestion locative de la foncière ont permis la résorption de l’essentiel de la décote dont souffrait le titre en Bourse, malgré un dividende peu généreux quoi qu’en progression régulière.

Le spécialiste des murs de boutiques en pied d’immeubles voit toujours ses loyers croître mais à un rythme qui ralentit.  La SIIC conserve un taux d’occupation élevé. Le chiffre d’affaires de Selectirente ressort à 9,7 M€ au 30 septembre 2013 (9 mois), soit une progression de + 3,3 % par rapport au 30 septembre de l’exercice précédent. Ce rythme de progression enviable au regard des performances des autres SIIC reflète un fléchissement de la croissance dont le rythme atteignait 8,1 % pour les neufs premiers mois de 2012.

Selectirente manie toujours aussi bien sa politique de gestion locative. Depuis le début de l’exercice, les actions menées en matière de gestion locative (relocations, renouvellements et cessions avec déspécialisations de baux) ont concerné trente-cinq locaux commerciaux. Elles ont permis de porter les loyers annuels des commerces concernés de 1,28 million d’euros à 1,37 million dès 2013 et à 1,42 million d’euros en année pleine (soit des progressions respectives de + 7,0 % et de + 10,9 %), et d’encaisser des droits d’entrée et indemnités de déspécialisation pour un total de 78 000 euros

Au troisième trimestre 2013, le taux d’occupation financier moyen ressort à 94,8 %.

Depuis le début de l’exercice, Selectirente a acquis les murs de trois commerces de centre-ville, situés boulevard Diderot et avenue Daumesnil à Paris (12e) et Grande Rue à Sens (89) pour un prix de revient total de 1,5 million d’euros. Fin septembre 2013, les engagements d’achats portent sur une agence bancaire située rue Miromesnil à Paris (8e), un commerce de restauration situé avenue d’Alger à Fréjus (83), une boutique de prêt-à-porter située rue Maurice Viollette à Dreux (28) et un salon de coiffure située chaussée d’Alsemberg à Bruxelles (Belgique), pour un prix de revient global de 5,2  millions d’euros. A l’opposé les cessions ont concerné un local commercial situé rue du Général Leclerc à Saint-Ouen-l’Aumône (95), vacant depuis 2011, pour un prix net vendeur de 280 000 euros et une chambre de service située rue de Provence à Paris (9e) pour un prix net vendeur de 70 000 euros. Les cessions réalisées depuis le début de l’exercice s’élèvent à 1 508 K€ et génèrent une plus-value distribuable de 413 000 euros.

La dette reste à un niveau très acceptable de 42 % en LTV  (dette bancaire rapportée à la valeur des actifs au 31 décembre 2012 corrigée des acquisitions et cessions 2013) d’environ 42 % (contre 44,4 % fin décembre 2012), avec un coût moyen de la dette de 3,39 % par an sur les neuf premiers mois de l’année et un coût moyen instantané de 3,41 % au 30 septembre 2013.

Ces performances permettent à la société d’envisager sereinement une nouvelle progression du dividende par action au titre de 2013 (2,25 euros au titre de 2012, offrant un rendement de 2,7 % à l’action). Selectirente poursuivra ainsi son « rattrapage » car elle reste l’une des SIIC les moins généreuses en distribuant moins de la moitié de son cash-flow à ses actionnaires. Cependant, le marché boursier semble peu tenir grief à la société puisque à l’issue de la progression de 35 % du titre Selectirente, le cours de celui-ci (60,99 euros, le 12 novembre) a résorbé l’essentiel de sa décote sur sa valeur d’actif net réévalué (AMR) par action qui ressortait à  65,45 euros au 31 décembre dernier.

à propos de Selectirente
Selectirente est une société d’investissement immobilier cotée (SIIC). Sur la base des expertises au 31 décembre 2012 ou, à défaut, des prix d’acquisition hors droits et hors frais, le patrimoine immobilier de Selectirente, constitué de 341 murs de commerces, s’élève à 165,4 millions d’euros à fin septembre 2013. Il est principalement constitué de commerces de centre-ville à Paris et en région parisienne, et se décompose de la manière suivante dont 35,7 % à Paris, 26,9 % en Région parisienne, 33,9 % en province et 3,6 % en Belgique.  L’essentiel (70,7 %) est constitué d’actifs situés en centre-ville ou en milieu urbain.
Le 12 novembre 2013, au cours de 60,99 euros, sa capitalisation boursière ressort à 89 millions d’euros.

pierrepapier .fr