SCPI : la reprise de la collecte profite aux « spécialistes »

La collecte du 2e trimestre confirme la nouvelle hiérarchie qui s’est mise en place entre les différentes catégories de SCPI. Ce sont celles spécialisées sur les secteurs réputés résilients qui continuent à capter le gros de la collecte. Une tendance qui profite aux gestionnaires indépendants.

Les chiffres du 2e trimestre 2021, publiés en juillet dernier par l’ASPIM et l’IEIF, confirmaient la reprise du marché de la collecte des SCPI. Ce nouveau rebond (+16% par rapport au 1T 2021) entérine également la nouvelle hiérarchie qui semble s’être mise en place, depuis la crise sanitaire, entre les diverses catégories de gestionnaires et de véhicules.

Les gestionnaires adossés à des réseaux ne représentent plus que 12,5% de la collecte trimestrielle

La période post-confinement consacre en effet la baisse du poids relatif, en termes de collecte, des sociétés de gestion adossées à des réseaux bancaires. Selon les données publiées par l’IEIF, les trois principales, en termes d’encours sous gestion, représentaient près de 25% de la collecte en 2019. En 2020, la part d’Amundi Immobilier, de BNP Paribas REIM et d’AEW Patrimoine (nouveau nom d’AEW Ciloger), était tombée à 17%. Puis à 9,4% au 1T 2021… Le 2e trimestre consacre la tendance, sans pour autant l’accentuer. Ces trois gestionnaires totalisaient en effet près de 12,5% de la collecte du trimestre écoulé. En raison, notamment, du fort rebond des souscriptions enregistrées par les SCPI d’Amundi Immobilier, passées de 74 à 137 M€ d’un trimestre à l’autre.


Les spécialistes santé et logistique aux premières places des classements

La percée relative des SCPI gérées par les gestionnaires « indépendants » reste donc toujours d’actualité. Elle s’explique d’ailleurs en grande partie par une typologie produit différente de celle proposée par les gestionnaires adossés à des réseaux. La crise sanitaire a en effet mis en exergue une autre tendance : la montée en puissance des SCPI thématiques. Au premier rang desquelles les véhicules dédiés au secteur de l’immobilier de santé et d’éducation. Ce sont en effet une nouvelle fois les deux SCPI gérées respectivement par Primonial REIM (Primovie) et Euryale Asset Management (Pierval Santé) qui trustent les premières places du classement trimestriel. A elles seules, elles représentent plus de 21% de la collecte nette du trimestre… Un autre produit spécialisé, sur le secteur de la logistique cette fois, confirme lui aussi sa progression. La SCPI Activ’Immo, chez Alderan, engrange 72 M€ de nouvelles souscriptions. Soit près de 4% de la collecte nette…


Des tendances durables ?

Ce qui permet à cette jeune société de gestion de se placer, avec un seul produit, à la 9e position des gestionnaires les plus collecteurs. Devant AEW Patrimoine (10e) et BNP Paribas REIM (à la 11e place ce trimestre). Cette situation n’est sans doute pas destinée à perdurer. Comme le remarquait déjà en juillet dernier Jean-Marc Coly, le président de l’ASPIM, la plupart des gestionnaires adossés à des réseaux bancaires « ont déjà retrouvé les niveaux de collecte d’avant-crise sanitaire ». Un rééquilibrage entre indépendants et gestionnaires adossés est donc probable. Et il n’est pas dit que les souscripteurs continueront à plébisciter avec autant d’enthousiasme les produits spécialisés. En période d’incertitude, le bon sens devrait les inciter à rechercher aussi des véhicules plus diversifiés. C’est d’ailleurs cette catégorie de SCPI (Epargne Pierre, Rivoli Avenir Patrimoine, Corum XL…) que l’on retrouve déjà également aux autres premiers rangs des classements…

Frédéric Tixier

Lire aussi

SCPI : la collecte progresse de 16% au 2e trimestre 2021

SCPI : nouvelle hausse de la collecte au 1er trimestre 2021


A propos de l’IEIF(i)

Créé en 1986, l’IEIF est un centre d’études, de recherche et de prospective indépendant spécialisé en immobilier. Son objectif est de soutenir les acteurs de l’immobilier et de l’investissement dans leur activité et leur réflexion stratégique, en leur proposant des études, notes d’analyses, synthèses et clubs de réflexion.
L’approche de l’IEIF intègre l’immobilier à la fois dans l’économie et dans l’allocation d’actifs. Elle est transversale, l’IEIF suivant à la fois les marchés (immobilier d’entreprise, logement), les fonds immobiliers (cotés : SIIC, REIT ; non cotés : SCPI, OPCI, FIA) et le financement.

A propos de l’ASPIM(i)

L’Association française des Sociétés de Placement Immobilier (ASPIM) représente et défend les intérêts de ses adhérents, les gestionnaires de fonds d’investissement alternatif (FIA) en immobilier (SCPI, OPCI et autres FIA « par objet »). Créée en 1975, l’ASPIM est une association à but non lucratif qui réunit tous les acteurs du métier de la gestion des fonds immobiliers non cotés. En France, au 31 décembre 2019, les FIA en immobilier représentaient une capitalisation totale de 231 milliards d’euros.

(i) Information extraite d’un document officiel de la société