Perial augmente le prix de souscription de PFO

Transformée en SCPI à capital variable en octobre 2015, PFO réalise désormais une collecte importante et régulière, et ce depuis plusieurs trimestres. Pour la 1re fois depuis la variabilisation du capital, le prix de souscription est revalorisé. Il passera de 932 € à 946 € le 1er juin prochain, soit une hausse de 1,5%.

Avec près de 500 M€ de capitalisation à la fin du 1er trimestre dernier, PFO fait partie des SCPI incontournables du marché, en raison de sa taille mais aussi de son antériorité – elle a été lancée en 1998 – et de son rendement, souvent au-delà de la moyenne du marché – 4,94% encore en 2016 -.

Plus de 55 M€ collectés au 1er trimestre – Moins emblématique que PFO2, la SCPI phare du groupe Perial et première SPCI « verte » du marché, PFO continue en effet à attirer les souscripteurs : elle a collecté plus de 55 M€ au 1er trimestre 2017, après avoir déjà recueilli près de 100 M€ au cours de l’année 2016. Des capitaux déjà en partie investis : PFO annonçait 113 M€ d’acquisitions en 2016, et plus de 18 M€ fermes au 1er trimestre (un portefeuille de 13 commerces situés en régions, pour un rendement net immédiat de plus de 6,30%). A cette acquisition, qui permet notamment à la SCPI d’accroître, comme le prévoit sa nouvelle stratégie, la part du commerce au sein de son patrimoine, viennent s’ajouter un « pipe » de plusieurs autres opérations (et notamment un actif de bureaux valorisé 26 M€) pour « un total de près de 96 M€ d’ores et déjà signés ou sécurisés depuis le début de l’année », comme le précise Yann Guivarc’h, Directeur Général de Perial Asset Management, dans le dernier bulletin trimestriel de la SCPI.

Baisse sensible du taux d’occupation – Si PFO suit donc sans problème la feuille de route de ses investissements – désormais résolument tournés vers l’Europe, à l’instar de la 1ère opération réalisée récemment par PFO2 en Allemagne -, il n’en va pas de même en matière de gestion locative. Au 1er trimestre, PFO subit en effet une dégradation de son « TOF » – taux d’occupation financier -, passé de 91,56% à fin 2016 à 84,85% à la fin du 1T 2017. Perial explique cette situation notamment par un marché locatif difficile qui l’oblige à consentir des franchises de loyers plus importantes (670 K€ vs 85 K€ fin 2016). Rappelons toutefois que Perial, à l’inverse, avait réussi à améliorer son TOF moyen sur l’année 2016 (86,50% vs. 84,90% sur 2015).

Revalorisation de 1,5% – La revalorisation du prix de souscription, qui passera de 932 € à 946 € le 1er juin prochain, soit une hausse de 1,5%, intervient donc dans un contexte spécifique. Perial semble avoir anticipé bon nombre des nouvelles contraintes qui vont peser sur PFO (notamment le calcul de la nouvelle dotation aux provisions pour gros entretien), sans en avoir encore mesuré tous les impacts financiers. Fidèle à son positionnement, le groupe reste prudent (il annonce un dividende trimestriel sur sa fourchette basse), mais augmente néanmoins le prix de souscription alors même que la valeur de reconstitution de la SCPI accuse un repli entre 2016 (1 032,74 € par part) et 2017 (1 016,22€). Le prix de souscription reste néanmoins décoté et dans la fourchette autorisée[1], en s’affichant à 93% de la valeur de reconstitution (contre 90% auparavant).

A propos de Perial(i)
Spécialiste de l’épargne immobilière, le Groupe Perial, présidé par Eric Cosserat, est un groupe indépendant, pure player de l’immobilier depuis 50 ans. Le groupe s’organise autour de 3 métiers : la gestion d’actifs immobiliers avec Perial Asset Management, la gestion locative et le syndic de copropriété avec Perial Property Management, la promotion immobilière avec Perial Développement. Perial Asset Management assure également la distribution de ses produits auprès des CGPI, banques privées, compagnies d’assurance, réseaux nationaux et investisseurs institutionnels. Le Groupe Perial emploie à ce jour plus de 160 collaborateurs. Au 31 décembre 2016, la capitalisation des fonds gérés par Perial (SCPI, OPCI) s’élève à plus de 2,8 milliards d’euros.

[1] Le gestionnaire peut fixer le prix de souscription de la part de SCPI dans une fourchette allant de -10% à +10% par rapport à la valeur de reconstitution.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *