Paref : les encours sous gestion franchissent la barre des 1,5 Md€

Le groupe Paref vient de publier ses comptes semestriels. Le résultat net consolidé au 30 juin 2017 est en baisse d’un peu plus de 30%. L’activité « foncière » se maintient, avec des revenus locatifs stables. La gestion pour compte de tiers (Paref Gestion) demeure la locomotive du groupe, les encours progressent sensiblement (+4%) grâce à une nouvelle collecte semestrielle record en SCPI.

Paref, désormais sous pavillon chinois, a publié vendredi, après la clôture des marchés, ses résultats semestriels. C’est une nouvelle fois l’activité de gestion pour compte de tiers qui tire la croissance, même si la partie foncière semble prendre un nouvel élan.

Nouvelle progression des commissions de souscription

Paref Gestion affiche en effet une nouvelle progression du poste commissions de gestion et de souscription, celui-ci passant de 7,4 M€ à 9,5 M€ (+29%) entre le 1er semestre 2016 et les six premiers mois de l’année 2017. Une hausse due majoritairement au succès continu de Novapierre Allemagne (57,5 M€ de souscriptions brutes sur le semestre) mais aussi d’Interpierre France (13,5 M€). Les actifs gérés pour compte de tiers franchissent en conséquence pour la 1ère fois la barre des 1,5 Md€ d’encours, à 1 536 M€ (vs 1 476 M€ au 1er semestre 2016).

Gaïa enfin en location…

Les revenus locatifs générés par l’activité pour compte propre (Paref) sont en revanche stables, à 4,1 M€. Paref améliore son taux d’occupation, qui s’établit à 94% contre 92,7% au 31 décembre 2016. En tenant compte de l’immeuble Gaïa, en vacance depuis son acquisition, le taux d’occupation tombe à 82,9%, mais devrait s’améliorer prochainement, puisque Paref a annoncé avoir signé, le 13 septembre dernier, un bail longue durée « avec un locataire de premier choix », et portant sur « approximativement 25% de la surface. La foncière compte par ailleurs accélérer sa stratégie de « montée en gamme des actifs », rendue possible depuis l’arrivée de son nouvel actionnaire de référence, Fosun. Le groupe a déjà procédé depuis le début de l’année à 28,1 M€ de cessions, dont dernièrement un immeuble de bureaux d’environ 8 000 mètres carrés à Pantin-Courtois (24,8 M€). Côté valorisation immobilière, le patrimoine du groupe s’établit à 168 M€ au 30 juin 2017, contre 167 M€ à fin décembre. Paref annonce également une forte baisse de son niveau d’endettement (-2,7 points en six mois).

Dégradation des résultats

Cette amélioration de son profil financier n’impacte pas significativement les résultats du groupe. Le résultat financier se dégrade, le net consolidé s’affiche à 4,1 M€ contre 5,9 M€ un an plus tôt (-30,5%), et le résultat dilué par action ressort à 3,37 M€ (vs 4,86 M€). L’espoir d’une location totale de l’immeuble Gaïa aurait toutefois un impact positif sur le résultat récurrent, que le bureau d’analyse Invest Securities estime à 1,4 M€ par an. En Bourse, le cours de Paref, qui fera prochainement l’objet d’une OPA à 73 € par titre, gagnait 0,22% à l’ouverture ce lundi matin, à 72,32 €.

A propos de Paref(i)

Le groupe Paref se développe sur deux secteurs d’activités complémentaires. L’investissement : la SIIC Paref investit principalement dans l’immobilier d’entreprise en région parisienne. Au 30 juin 2017, le groupe Paref détient un patrimoine immobilier de 168 M€. Et la gestion pour compte de tiers : Paref Gestion, filiale de Paref agréée par l’AMF, gère 6 SCPI et 3 OPPCI. Au 30 juin 2017, ses actifs sous gestion s’élevaient à 1 536 M€.
(1) Information extraite d’un document officiel de la société

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *