Paref en orbite autour de Gaïa

La SIIC joue gros avec son immeuble de La Défense. Les résultats semestriels montrent que l’assainissement financier et patrimonial entrepris depuis 3 ans porte ses fruits.

La Bourse a salué la forte hausse du résultat récurrent de la SIIC Paref, avec une hausse de son cours de Bourse de 4,4 % à 44,45 euros. La société foncière Paref a en effet présenté des résultats semestriels qui illustrent les progrès réalisés au cours des trois dernières années marquées par des cessions et un net désendettement qui ramené la dette de 66 % à 42% de la valeur du patrimoine. Cependant, tandis que la société d’investissement immobilier cotée (SIIC) Paref se séparait souvent de ses meilleurs immeubles en conservant des actifs de seconde couronne, rentables et risqués, elle n’en a pas moins continué à investir. Le principal investissement, réalisé à part égale avec le promoteur GA qui a apporté sa compétence en matière de performance énergétique, est un immeuble de 11 000 mètres carrés de bureaux situé à la périphérie de La Défense, le Gaïa, qui sera livré en temps et en heure, la semaine prochaine. Tout va donc dépendre de la rapide location, voire de sa cession une fois loué de cet immeuble au nom évocateur de la planète Terre. Paref en attend 3,6 millions d’euros de loyers annuels (295 euros du mètre carré) alors que les immeubles neufs restent rares à la Défense comme dans toute l’Ile-De-France et continuent de trouver preneur assez facilement. Alain Perrollaz, président du directoire de Paref se montre confiant après avoir reçu plusieurs marques d’intérêt sans qu’aucune ne se soit concrétisée. Totalement loué, cet immeuble offrirait un rendement locatif légèrement supérieur à 8 % sur la base d’un coût de revient proche de 40 millions d’euros.

Une location rapide du Gaïa permettrait de renouer avec la croissance des loyers qui portent au premier semestre 2013 la marque des arbitrages réalisés (à 8,5 millions d’euros contre 9,4 millions un an plus tôt). En outre, une occupation rapide de l’immeuble accélérerait les projets élaborés par Paref avec le promoteur GA. Au 30 juin, avant donc la réception du Gaïa, Paref est parvenu à faire remonter son taux d’occupation à 93 % (retraité des biens sous promesse de vente), contre 91 % en fin d’année 2012.

Le deuxième pôle d’activité de Paref, la gestion pour compte de tiers se porte bien. Les actifs sous gestion atteignent 664 millions d’euros (+ 8,7%) contre 611 millions 6 mois plus tôt. Les commissions de gestion ont progressé à 1,5 million d’euros contre 1,4 million un an plus tôt, en partie grâce à la reprise de la gestion de la SCPI Capiforce Pierre. Si la collecte des six premiers mois de l’année 2013 est revenue de 14,2 à 12,5 millions, les mois qui viennent verront celle-ci repartir avec la création d’une SCPI originale qui investira dans les commerces en Allemagne. Thierry Gaiffe, le directeur général de Paref Gestion, met également en avant un véhicule orienté vers le tourisme et l’hôtellerie, alors qu’un poste de directeur du développement va être créé. Un partenariat avec Dolmen Capital Partners, spécialisée dans l’investissement en actifs d’exploitation notamment de l’hôtellerie et des réseaux commerciaux aux concepts reconnus (restauration rapide/à thème, résidences de vacances) a été signé en ce sens.

Sur le plan financier, la baisse des revenus locatifs (6,12 millions d’euros contre 6,7 millions au premier semestre 2012 s’accompagne d’une stabilité du résultat brut d’exploitation à 5,54 millions d’euros (contre 5,58). Côté résultats, il importe de regarder au-delà du bénéfice publié (2,41 millions d’euros contre 3,34 millions un an plus tôt) impacté par l’évolution de la variation pour juste valeur qui ne correspond pas à une sortie de cash. Mieux vaut s’en tenir à la forte progression du résultat net récurrent qui passe de 2,2 millions d’euros à 3,2 millions d’euros. Un niveau qui sécurise le dividende 3 euros versé au titre du dernier exercice estime l’analyste de la société de Bourse Invest-Securities.

Quant à la valeur d’actif net réévalué, elle s’établit à 78,4 euros en légère progression (+ 0,5 euros). De sorte que si le cours de Bourse a surperformé son secteur depuis le début de l’année avec un gain de 28,5 %, à 44,45 euros, il continue de souffrir d’une très forte décote (43 %).

A propos de Paref
Le groupe Paref se développe sur deux secteurs d’activités complémentaires :
– Investissement commercial et résidentiel : Paref détient divers immeubles commerciaux en région parisienne et en province, ainsi que des immeubles d’habitation à Paris acquis en usufruit temporaire.
– Gestion pour compte de tiers : Paref Gestion, filiale de Paref agréée par l’AMF, gère 4 SCPI et 2 OPCI.
Au 30 juin 2013, le groupe Paref détient un patrimoine immobilier de 166 M€ et gère 664 M€ d’actifs pour compte de tiers.
Le 13 septembre 2013 au cours de 44,450 euros, sa capitalisation boursière atteint 53,8 millions d’euros.

pierrepapier.fr