Les commercialisations des grandes surfaces de bureaux tirent le marché en Ile-de-France

Selon l’étude semestrielle consacrée par le courtier Cushman & Wakefield aux grands mouvements d’entreprise en Ile-de-France, les grandes surfaces de bureaux enregistrent une hausse de 16% en volume, contre 4% pour l’ensemble du marché. Un résultat porté par la transaction hors norme réalisée par Natixis sur les tours « Duo », sur la ZAC Rive Gauche parisienne.

« Aucun mouvement de cette taille n’avait été observé sur le marché depuis 4 ans », constate Magali Marton, Directrice des Etudes de Cushman & Wakefield, en faisant référence à la transaction hors norme du groupe Natixis (89 650 m²) dans les tours « Duo » sur la ZAC Rive Gauche à Paris, qualifiée de plus importante transaction de la décennie. Elle représente à elle seule « plus de 20% du volume traité depuis le début de l’année », souligne le courtier dans sa dernière étude semestrielle consacrée aux grands mouvements d’entreprise en Ile-de-France.

36% de la demande placée du 1er semestre – Les commercialisations de grandes surfaces de bureaux ont de ce fait atteint 424 900 m², soit « 36% de la demande placée totale du 1er semestre 2017 », selon Cushman & Wakefield. Un niveau quasi stable d’une année sur l’autre, mais qui masque une forte reprise des grands mouvements (+16% en volume) par rapport à l’ensemble du marché, toutes surfaces confondues (+4%). Cette progression des volumes cache aussi une légère baisse du nombre de transactions (-7%), passé de 30 à mi-2016 contre 28 à mi-2017. C’est en revanche toujours le segment des surfaces comprises entre 10 000 et 25 000 m2 qui domine le marché (41% du volume traité), avec 174 000 m2 commercialisés au 1er semestre (+11% sur un an).

Premières mains et « croissant Ouest » – En termes géographiques, le croissant Ouest revient en force, constate le courtier, avec 36% de part de marché, derrière Paris intra-muros qui, « sans réitérer son exploit de 2016 », reste dominant avec 37% du marché. Les immeubles de première main continuent à représenter plus de la moitié des grandes transactions bureaux (64% au 1er semestre), mais le taux de précommercialisation est en forte hausse : 81% du volume au 1er semestre, contre environ 60% en 2016. Ce phénomène est encore plus sensible à Paris (100% des signatures) et témoigne « d’un empressement des utilisateurs à sécuriser leur future implantation alors même que la production de surfaces de première main va atteindre un niveau historiquement élevé cette année dans la capitale (plus de 505 000 m²) », estime Cushman & Wakefield.

Le courtier rappelle que la valeur locative médiane des transactions de plus de 5 000 m2 est en légère diminution sur un an (460 €/m2/an au 1er semestre 2017), et prévoit, pour l’ensemble de l’année 2017, un niveau de grandes transactions de l’ordre de 1 million d’euros…

A propos de Cushman & Wakefield(i)
Leader mondial des services dédiés à l’immobilier d’entreprise, Cushman & Wakefield accompagne ses clients dans la transformation des modes de travail, de consommation et de vie. Nos 45 000 collaborateurs implantés dans plus de 70 pays conseillent leurs clients, utilisateurs et investisseurs internationaux, dans la valorisation de leurs actifs immobiliers en combinant perspective mondiale et expertise locale à forte valeur ajoutée, à une plate-forme complète de solutions immobilières. Cushman & Wakefield compte parmi les leaders mondiaux de services en immobilier d’entreprise avec un chiffre d’affaires de 6 mds de dollars réalisé via ses lignes de métiers principales : transaction, investissement, gestion d’actifs immobiliers, facility management (sous la marque C&W Services), conseils aux utilisateurs, asset management (sous la marque DTZ Investors), project management et expertise.
(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *