Le commercialisateur DTZ pointe un frémissement sur le marché locatif de bureaux sur les grandes surfaces

  • Hausse (+24% en 6 mois) de la demande exprimée de bureaux, avec 800 000 m² de projets en phase active
  • Les entreprises passent à l’action avec une majorité de projets à réaliser d’ici fin 2015
  • 45% des recherches de bureaux portent sur le croissant ouest, Paris est en deuxième position
  • Industries et finance trustent la liste des projets
  • Les budgets s’élargissent de haut en bas

DTZSelon DTZ, Les semestres se suivent et ne se ressemblent pas… Après deux semestres consécutifs de baisse de la demande exprimée, celle-ci marque un rebond relativement net au 1er semestre 2014 avec plus de 800 000 m² de recherches actives recensés et 430 000 m² de projets encore potentiels (projets à l’étude mais sans cahier des charges défini).

Le délai de réalisation de ces projets a lui aussi, évolué avec une majorité portant sur des concrétisations d’ici fin 2015. Le recours à des précommercialisations d’immeubles à construire devrait être la règle pour les grandes transactions en Ile-de-France, et ce au détriment des opérations récemment livrées (une cinquantaine d’immeubles représentant plus de 600 000 m² de bureaux immédiatement disponibles).

« Cette hausse du pipeline est un signe prometteur pour le marché des bureaux en Ile-de-France : la réalisation logique de ces projets alimentera ensuite un volume plus important de demande placée en 2015 et 2016» souligne Magali Marton, Directrice des Etudes de DTZ.

Les projets sur des gabarits d’immeuble compris entre 10 000 et 50 000 m² ont fortement augmenté au cours des 6 derniers mois, et les demandes de surfaces comprises entre 10 000 et 25 000 m² demeurent toujours les plus nombreuses.

Le Croissant Ouest reste l’objet principal des projets de recherches de bureaux, avec près d’un million de m² de demandes, soit 45% de l’échantillon étudié. Marché qui peut compter sur une clientèle endogène en exerçant également une forte attraction auprès des entreprises parisiennes ou de La Défense. Paris et La Défense sont au coude à coude à la deuxième et la troisième position. Il faut toutefois noter qu’une part importante des projets sont instruits sur deux voire trois secteurs, reflet de l’attitude opportuniste des entreprises.

Sans grand changement par rapport à fin 2013, l’industrie et la finance sont actuellement les secteurs d’activité les plus demandeurs en termes de recherche de bureaux. Les budgets moyens de ces projets sont compris entre 330 et 420 €/m²/an, avec une capacité nettement supérieure pour la finance (460 €/m²/an pour la valeur moyenne haute et quelques projets au-delà de 600 €/m²/an).

Marc-Henri Bladier, Directeur Général de DTZ de conclure : « Les tendances observées au 1er semestre 2014 traduisent un retour de la confiance des entreprises dans la normalisation de la situation économique et marque une rupture dans la phase d’attentisme observée sur le segment des grandes surfaces depuis 2009 ».

pierrepapier.fr