Le centre Beaugrenelle ne tient pas toutes ses promesses

atriumGecina a vendu ce joyau du commerce parisien pour 700 millions d’euros sur la base d’un rendement de 4,6 % pour les acheteurs, Apsys, la Foncière du Rond-Point (groupe Madar) et Michaël Benabou, l’un des fondateurs du site Vente-privée.com. La banque Natixis assure le financement de l’opération.

Ce devait être la cession de tous les records. La vente par Gecina du Centre Beaugrenelle, ouvert en octobre dernier dans le quinzième arrondissement de la capitale a bien été vendu pour 700 millions d’euros, une somme jamais atteinte pour un actif immobilier de ce type en France. Cependant, à ce prix, les acheteurs obtiennent ce mail de 45 000 mètres carrés sur la base d’un  rendement (actes en mains) de 4,6 %. Et çà ce n’est pas du tout un record !

Les rumeurs faisaient pourtant état d’une compétition féroce avec la présence au centre des compétiteurs d’un chinois, le fonds chinois Safe. A l’arrivée c’est une solution franco-française émanant d’un consortium mené par la foncière Apsys. Apsys était déjà présent au tour de table du centre Beaugrennelle dont il détenait 7,5 %. Il a constitué à ses côtés un pool d’investisseurs privés comprenant la Foncière du Rond-Point (groupe Madar) et Michaël Benabou, l’un des fondateurs du site Vente-privée.com. La banque Natixis assure le financement de l’opération.

On pouvait attendre plus tant ce centre apparait comme une vraie réussite non seulement commerciale mais aussi urbanistique et architecturale, redonnant l’envie de se promener dans ce quartier autrefois terriblement hostile. Sa situation et la zone de chalandise lui ont permis d’attirer des enseignes haut de gamme : le cristallier Baccarat et le parfumeur Guerlain y ont fait leur première apparition dans un centre commercial ! Le centre compte 120 boutiques, traditionnelles (Zara, Darty…) ou plus haut de gamme (Maje, Sandro, Zadig & Voltaire, Hollister…), un Mark & Spencer et un cinéma Pathé avec 10 salles, et un pôle restauration (Bermuda Onion, La Patisserie des rêves…).  De quoi viser une fréquentation annuelle de 15 millions de visiteurs qui devraient y dépenser 370 millions. Le restaurant Mac Donalds, qui est à ses pieds, est déjà devenu le troisième de Paris en quelques semaines.

pierrepapier.fr