La baisse des loyers d’Affine est amplifiée par les cessions de la foncière

tourLes loyers de la SIIC pâtissent des cessions de 2012 mais également de la fin d’une garantie locative sur ces actifs nîmois. Du côté des perspectives, Affine met l’accent sur des investissements sélectifs et prudents.

Les loyers des neuf premiers mois de 2013 de la société d’investissement immobilier cotée (SIIC) Affine se sont repliés de 1,6 % à périmètre constant. Ce que la société explique essentiellement par la fin de la garantie locative sur un ensemble commercial à Nîmes (qui comprend un immeuble de bureaux dont l’occupation progresse lentement). Les signatures de nouveaux baux, conjuguées aux effets de l’indexation, compensent en quasi-totalité les congés et renégociations. Après prise en compte de l’impact net des loyers des immeubles cédés, notamment celui situé rue Paul-Baudry en décembre 2012, et des loyers issus des investissements de l’an passé, les loyers correspondent au niveau attendu de 29,7 millions d’euros, en repli de 14,8%.

Au troisième trimestre, 25 nouveaux baux ont été signés et 11 ont été renouvelés, contribuant au loyer annuel global à hauteur de 1,9 million d’euros. Par ailleurs, 10 locataires qui ont notifié leur départ représentaient un montant annuel de 0,6 million.

La rationalisation du portefeuille s’est poursuivie avec la cession au troisième trimestre d’une surface de bureaux à Montpellier et la fin de la vente des appartements d’un immeuble résidentiel à Saint-Cloud. Ces cessions ont été réalisées à des prix correspondant aux valeurs d’expertises de fin juin 2013. Affine avait retrouvé à la fin 2012 un profil d’endettement proche des attentes du marché qu’elle a conservé à la fin du premier semestre 2013 avec un ratio de à 45,7 % d’endettement rapporté à la valeur du patrimoine. La société indique aujourd’hui que la structure financière du Groupe n’a pas significativement varié par rapport au 30 juin 2013. Cependant, les perspectives d’Affine devraient s’accompagner d’une reprise de la croissance avec recours à la dette dans de saines proportions. La société indique être à la recherche d’investissement dans le cadre d’un développement équilibré entre la région parisienne et les grandes métropoles régionales, tandis que la cession d’actifs ne correspondant plus à la stratégie du groupe se poursuit : « Cette politique d’investissement sélective et prudente vise à retrouver le volume des loyers des années antérieures dans le respect d’une structure saine de la dette. » conclut la société dans un communiqué.

à propos d’Affine
Foncière spécialiste dans l’immobilier d’entreprise, Affine détient à fin juin 2013 60 immeubles d’une valeur de 571 M€ droits inclus, répartis sur une surface globale de 504 000 m². La société est présente dans les bureaux (60 %), l’immobilier commercial (14 %) et les entrepôts et locaux d’activité (26 %). Ses actifs sont localisés à parts sensiblement égales entre l’Ile-de France et les autres régions.
Affine est aussi l’actionnaire de référence de Banimmo, foncière de repositionnement belge active en Belgique et en France, dont elle détient 49,5 % ; son patrimoine est composé à fin juin 2013 de 21 immeubles de bureaux et de commerce, d’une valeur de 396 millions d’euros. Enfin sa filiale à 99,9 % Concerto European Developer est spécialisée dans les opérations de développement logistique.
Le patrimoine global dépendant du groupe s’élève à 994 M€.
Dès 2003, Affine a opté pour le régime des Sociétés d’Investissements Immobiliers Cotées (SIIC).
Le 18 octobre 2013 au cours de 14,29 euros, sa capitalisation ressort à 129 millions d’euros.

Pierrepapier .fr