Jean-Marc Peter : « Le bureau, c’est l’endroit où l’on fait avancer sa société et LA société »

La fin des bureaux ? Non, répond Jean-Marc Peter, directeur général de Sofidy. Avec des arguments solides. Au centre desquels la dimension sociétale et fédératrice de ces lieux d’échanges qui demeureront incontournables. Point de vue.

Les Français ont-ils un « problème » avec l’épargne immobilière ?

Les Français ont constitué, depuis maintenant plusieurs mois, une importante épargne de précaution. Ils s‘interrogent sur la transformation de cette épargne de précaution en épargne à long terme. Les SCPI, c’est de l’épargne à long terme sur laquelle les Français aiment bien investir. Mais, aujourd’hui, ce qui les bloque, en dehors du flou dans lequel ils se trouvent du fait de la situation pandémique et de la situation économique, c’est leur rapport à l’immobilier. Car il y a aujourd’hui un doute sur la pérennité de l’immobilier. A-t-il encore une utilité économique ?

Alors, utilité économique, ou pas ?

Évidement que l’immobilier a une utilité économique. Il est aujourd’hui face à des contraintes économiques qui n’existaient pas avant la crise sanitaire. Et personne ne sait quand ces contraintes disparaitront. Mais il faut rappeler que les SCPI existent depuis 40 ans. Elles ont connu de multiples crises économiques. Et les ont surmontées. Au-delà de cette dimension économique, il y a aussi, désormais, des questionnements plus philosophiques. Les bureaux vont-ils disparaitre à cause du télétravail ? Les commerces vont-ils disparaitre à cause du e-commerce ? La réponse, bien évidemment, est non. Parce que l’immobilier s’adapte. L’immobilier, lorsqu’il est central et bien placé, et notamment l’immobilier de bureau, va continuer à attirer les entreprises. Parce que l’immobilier de bureau, c’est l’endroit fédérateur. C’est l’endroit où s’exprime la créativité, l’échange. Et que c’est là où l’on crée de la valeur.

La demande pour les bureaux, qu’en est-il ?

Aujourd’hui, les grandes surfaces de bureaux ont effectivement du mal à trouver des locataires. Parce que les grandes entreprises, qui occupent ces grandes surfaces, se posent des questions sur l’avenir. Mais il y a toujours, au moment où je vous parle, une demande importante pour les surfaces de bureaux. Jusqu’à, disons, 500 m². C’est-à-dire que le tissu, le vivier économique de la France, continue à rechercher des surfaces de bureaux.

Et le télétravail ?

Les bureaux continueront à être le creuset de la création de valeur. Parce que c’est dans les bureaux que l’on échange, que l’on est créatif, que l’on partage des objectifs communs. Le télétravail généralisé, cela voudrait dire ne passer qu’une seule journée au bureau. Or, cela ne marche pas. Certaines entreprises qui ont fait ce choix, notamment IBM qui a été pionnier dans ce domaine au début des années 2 000, se sont ravisées. 5 ans plus tard, ils ont fait revenir tous leurs collaborateurs au bureau. Parce que le bureau, c’est l’endroit où l’on crée de la valeur. C’est l’endroit où l’on échange. Et où l’on fait avancer sa société, et « LA » société.

Conclusion…

L’immobilier nous entoure, l’immobilier à une utilité économique. On se loge, on va au bureau travailler, on va dans les commerces acheter. Et nous, gérants de SCPI, nous continuons à avoir confiance dans ce domaine. Et à investir. Nous invitons les épargnants à transformer leur épargne de précaution en épargne de long terme. Et à affecter une partie de leur épargne dans l’immobilier…

Propos recueillis par pierrepapier.fr


Lire aussi

Télétravail : qu’en pensent les salariés concernés ?

Jean-Marc Peter, Sofidy : « il n’est pas dans notre culture de surpayer les actifs immobiliers »


A propos de Sofidy(i)

Depuis 1987, Sofidy conçoit et développe des produits d’investissement et d’épargne (SCPI, OPCI, SCI, SIIC, OPCVM Immobilier, Fonds dédiés) orientés principalement vers l’immobilier de commerces, et de bureaux. Gestionnaire de référence dans le paysage de la gestion d’actifs immobiliers en France et en Europe, Sofidy est régulièrement distingué pour la qualité et la régularité des performances de ses fonds. Sofidy gère pour le compte de plus de 50 000 épargnants, et un grand nombre d’institutionnels, un patrimoine immobilier d’une valeur de près de 6,2 milliards d’euros ; constitué de plus de 4 200 actifs commerciaux et de bureaux. Sofidy est une filiale de Tikehau Capital.

(i) Information extraite d’un document officiel de la société