Inter Gestion joue à fond la logique du déficit foncier

residenceLa nouvelle SCPI de déficit foncier recourra à la dette et capitalisera ses revenus pour assurer à ses souscripteurs une part de travaux donnant lieu à un déficit fiscal maximum.

La société de gestion de SCPI Inter Gestion espère clôturer la collecte de sa SCPI de déficit foncier Grand Paris Pierre d’ici le mois de septembre en atteignant son objectif de 15 à 16 millions d’euros. Celle-ci a investi dans le croissant ouest de la capitale et vient de conclure une opération dans le quatorzième arrondissement de Paris. Elle a privilégié ces villes pour leur démographie et leur croissance économique. Il en sera de même pour la nouvelle SCPI de déficit foncier qui lui succédera et dont le dossier est en cours d’agrément à l’AMF.

Grand Paris Pierre Capitalisation devrait voir sa commercialisation débuter en septembre prochain. Cependant, cette nouvelle SCPI présentera un nouvel atout pour les souscripteurs désireux de trouver un produit de pur déficit foncier. En effet, alors que les SCPI de déficit foncier offrent classiquement des revenus à leurs souscripteurs une fois que les biens immobiliers sont loués, rapportant aux parts un rendement de 1,5 à 2 %, la SCPI Grand Paris Pierre Capitalisation ne versera pas de revenus et capitalisera ses bénéfices. Le montage repose sur le recours à l’endettement qui pourra représenter 40 % de la collecte. Ce qui accroîtra sensiblement sa force de frappe alors que Gilbert Rodriguez, Président d’Inter Gestion, espère attirer 20 millions d’euros d’ici la fin 2016 sur ce véhicule de pierre-papier. Ce faisant, Inter Gestion reprend la recette qu’employaient les SCPI Malraux gérées par son groupe à l’époque où ce régime fiscal reposait sur une déduction fiscale de revenus. Cela permettra de porter la part des travaux à 60-65 % du montant de la souscription.

Parallèlement, Inter Gestion lance actuellement sa SCPI Pinel Pierre Habitat : actuellement en cours de tour de table originel. Le dispositif Pinel offre aux contribuables réalisant des investissements ou des souscriptions de parts de SCPI entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2016 et portant sur des logements neufs ou assimilés donnés en location nue à usage de résidence principale, de bénéficier d’une réduction d’impôts calculée selon la durée de location des biens immobiliers acquis ou des parts de SCPI. La SCPI Pierre Habitat a retenu une durée de 12 années de location qui confère aux souscripteurs de ses parts une réduction d’impôts de 21 % sur le montant souscrit. Pour une souscription de 55 parts de fondateurs, soit 50 600 euros, la réduction s’élève à 10 626 euros. Compte tenu de ce bonus fiscal, le coût réel pour le souscripteur ressort à 39 974 euros. L’autre originalité de Pierre Habitat est d’orienter sa politique d’investissement sur des actifs immobiliers situés en zones A bis et A, en Ile-De-France, dans le périmètre du Grand Paris et dans les grandes métropoles françaises de Lille, Lyon, Nice ou Montpellier. Les centres-villes seront privilégiés ou des quartiers à proximité immédiate de rénovation urbaine en visant des immeubles anciens d’habitation et de bureaux à restructurer pour les mettre au niveau des standards énergétiques du dispositif Pinel.

Fort de ces deux nouveaux fonds, Inter Gestion vient compléter son offre de SCPI auprès de ses partenaires et répond également à la problématique des investisseurs en quête de “pur” déficit foncier.

Pierrepapier.fr