Immobilier d’entreprise : volume record d’investissement en Europe au 3e trimestre 2015

novaxiaCushman & Wakefield vient de publier son étude sur les transactions en immobilier d’entreprise européen. Le volume d’activité sur 12 mois glissants grimpe à 238 Md€ au 3e trimestre, le point le plus haut jamais atteint depuis le précédent record, au 3e trimestre 2007. De son côté, le cabinet CMS estime que le marché européen devient globalement plus favorable aux vendeurs.

Le constat dressé par le dernier rapport Cushman & Wakefield est résolument positif : les volumes d’investissement ont continué de progresser sur l’ensemble des marchés en Europe, atteignant 52 Md€ au 3e trimestre 2015, soit une hausse de 16% sur un an. « Le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France restent les principales destinations des flux d’investissement mais les hausses d’activité les plus importantes ont été enregistrées en dehors de ces trois marchés. Sur 12 mois glissants, le Benelux et la Scandinavie sont les marchés les plus dynamiques. L’Italie, au même titre que l’Allemagne a également surperformé au cours de l’année écoulée, et la France a, quant à elle, vu son activité rebondir après un second trimestre en demi-teinte » explique Magali Marton, co-auteur du rapport et directrice de la recherche chez Cushman & Wakefield.

Forte croissance des investissements étrangers – L’autre point saillant du rapport est le rythme de croissance des investissements étrangers, supérieur à celui des investissements domestiques. « Près de 75 Md€, soit 31% du capital investi au cours des 12 derniers mois, sont ainsi originaires d’Asie-Pacifique ou des Etats-Unis. Sur la même période, investisseurs domestiques et pan-européens sont demeurés net vendeurs alors que les non-européens ont augmenté leur exposition au marché Européen”, constate Cushman & Wakefield. Qui souligne un mouvement de fonds : le détournement d’un volume croissant de capitaux du Royaume-Uni et du centre de Londres. « Au 3ème trimestre 2015, le Royaume-Uni n’a attiré « que » 36% des capitaux non européens. Pour rappel, ce marché attirait en moyenne la moitié de ces capitaux sur les quatre précédents trimestres », rappelle Cushman & Wakefield, constatant par ailleurs la présence toujours très active des investisseurs chinois sur les marchés européens (4 Md€ sur 12 mois glissants, soit +37% sur un an, dont 1,7 Md€ au 3e trimestre).

Domination des fonds non cotés. Cushman & Wakefield rappelle enfin que les fonds non cotés restent dominants en Europe. Ils représentent environ la moitié des volumes investis en acquisition et en cessions. Les foncières cotées, tout comme les investisseurs privés, représentent chacun environ 15% du marché des acquisitions. Les foncières sont en revanche acheteurs nets ce trimestre, les investisseurs privés vendeurs nets.

Le marché devient globalement plus favorable aux vendeurs. Ces derniers seraient d’ailleurs actuellement en position favorable. C’est ce qu’explique le cabinet CMS dans la 1ère édition de son étude sur les transactions immobilières en Europe. CMS met aussi en exergue la forte reprise du marché des transactions en Europe, « les cinq dernières années se caractérisant par une augmentation constante des opérations de portefeuille immobilier et par un net recul de l’immobilier commercial ». Les transactions de portefeuille immobilier sont passées de 25% de l’ensemble des transactions immobilières en 2010 à 30% en 2014. Une hausse qui s’explique selon CMS par « l’activité croissante des investisseurs internationaux », ceux-ci représentant en 2014 53% des transactions, contre 38% en 2013. Le cabinet d’avocat constate enfin un recours accru à des contrats de garantie précisant des délais de prescription pour toute demande d’indemnisation qui se distinguent de la réglementation en vigueur. Or, dans la plupart des cas, les durées de garantie aux termes desquelles les acquéreurs sont habilités à faire une demande d’indemnisation sont plus courtes. Les transactions dépourvues de telles clauses ont atteint leur plus haut niveau (56%) en 2011, mais étaient au plus bas (29%) en 2014. Parallèlement, la proportion de délais de prescription particulièrement courts (6 à 12 mois, ou 12 à 18 mois) a sensiblement augmenté au cours des deux dernières années, passant respectivement à 12 % et 17 % en 2014. « Cela indique une nette tendance vers un marché globalement plus favorable aux vendeurs », précise l’étude CMS.

A propos de Cushman & Wakefield (i)
Leader mondial des services dédiés à l’immobilier d’entreprise, Cushman & Wakefield accompagne ses clients dans la transformation de leurs modes de travail, de consommation et de vie. Forte de ses 43 000 collaborateurs dans plus de 60 pays, la société apporte à ses clients utilisateurs et investisseurs mondiaux une expertise locale et internationale à forte valeur ajoutée. Cushman & Wakefield figure parmi les plus grands leaders des sociétés spécialistes des services en immobilier d’entreprise avec un chiffre d’affaires de 5 milliards de dollars réalisé via ses lignes de métiers clés : transaction, investissement, gestion d’actifs immobiliers, facility management (sous la marque C&W Services), conseils aux utilisateurs, asset management (sous la marque DTZ Investors) et expertise.
(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société

A propos de CMS(i)
Fondé en 1999, CMS propose des services complets et figure parmi les 10 cabinets les plus importants au monde en nombre d’avocats (Am Law 2012 Global 100). Disposant de 59 bureaux répartis dans 33 pays et employant plus de 3 000 avocats, CMS possède un savoir-faire de longue date en matière de conseil au sein de ses juridictions locales et au-delà des frontières. CMS intervient pour de nombreuses entreprises des classements Fortune 500 et FT European 500 ainsi que pour la plupart des sociétés du DAX 30. Son chiffre d’affaires s’élevait à 934 millions d’euros en 2014.
(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société