Destruction de valeur pour ANF Immobilier

siic-fonciere-des-regionsLa publication des résultats annuels de la société d’investissement immobilier cotée (SIIC) ANF Immobilier a mis en évidence la destruction de valeur qui a accompagné les opérations de cessions engagées l’an dernier pour un montant de 788,2 millions d’euros. En effet si 494,7 millions d’euros ont été retournés vers les actionnaires sous forme de dividendes et de rachat d’actions, la valeur d’actif net réévalué de la société a fondu dans le même temps de 553 millions d’euros pour redescendre à 534 millions d’euros.

Au cours de 21,78 euros mercredi 20 mars (+1,1 %), le titre, après sa dégringolade de 32 % depuis un an et de 42,8 % depuis 5 ans, dispose aujourd’hui d’une décote substantielle sur sa valeur d’actif net réévalué qui atteint 30,7 euros par action. Ce n’est toutefois pas le dividende annoncé de 1 euro par action, procurant un rendement de 4,6 % qu’il faut chercher un soutien permettant de résorber cette décote. Cette distribution des réserves alors même que la foncière affiche une perte nette de 65,1 millions d’euros en 2012 (contre un bénéfice de 95,8 millions d’euros un an plus tôt) offre un rendement dans le bas de la fourchette de ceux proposés par les foncières cotées à Paris (5,46 % selon l’indice IEIF SIIC France).

Les dirigeants de la filiale d’Eurazeo qui conserve 48,93% du capital et 48,73% des droits de vote à l’issue des opérations lui permettant de faire remonter le cash de sa filiale ont cependant trouvé les mots pour redonner confiance aux investisseurs. La société a fait état d’anticipation de loyers en hausse de 14 % à 35 millions d’euros en 2013 et surtout d’un objectif 2017 ambitieux qui s’inscrit à 67 millions d’euros (+ 17 % par an). Pour y parvenir, ANF immobilier a lancé un plan d’acquisitions de 240 millions d’euros, complété par 170 millions d’investissements. Elle les financera par 238 millions d’euros de cession et 172 millions d’endettement supplémentaire. La société peut compter sur son faible endettement actuel (314 millions d’euros) : le ratio d’endettement rapporté à la valeur du patrimoine n’est que de 33 % quand ses concurrentes sont plutôt à 45 %. Toutefois, le projet d’endettement porterait ce ratio loan-to-value à près de alors que la maturité moyenne de la dette actuelle n’est que de deux ans et appelle une action de refinancement rapide. Quant aux investissements à venir il faut espérer qu’ils seront plus prometteurs que le portefeuille de mur d’hôtels revendus l’an dernier à perte à la Foncière des régions…

pierrepapier.fr 

à propos d’ANF Immobilier

ANF Immobilier est l’une des plus anciennes foncières cotées en Bourse puisqu’elle a repris les deux foncières du groupe Lazard Rue Impériale de Lyon et l’Immobilière Marseillaise. Comme l’an dernier les cessions ont porté sur les murs d’hôtels récemment acquis et sur une portion du portefeuille lyonnais, c’est aujourd’hui son patrimoine marseillais qui représente l’essentiel de ses actifs (703 millions sur un total de 884 millions. La société entend d’ailleurs poursuivre son développement dans la métropole phocéenne qu’elle mènera de front avec sa nouvelle implantation bordelaise
Le 21 mars, au cours de 21,78 euros sa capitalisation boursière atteint 386,2 millions d’euros.