Croissance externe en vue pour Patrimoine & Commerce qui veut doubler de taille d’ici 2016

Sowwah-IslandLa foncière spécialisée dans les retail parks annonce vouloir réitérer une opération de croissance à l’image de sa fusion avec Sepric. Le président Eric Duval dit être en négociation avec une foncière pour accélérer son développement et atteindre plus facilement son objectif d’un patrimoine d’une valeur du milliard d’euros à l’horizon 2016.

A peine digérée sa fusion avec Foncière Sepric, la société d’investissement immobilier cotée Patrimoine & Commerce se prépare à une nouvelle opération d’envergure. Eric Duval, président de Patrimoine & Commerce a confié à notre confrère « Les Echos » sa volonté de doubler la valeur du patrimoine de la foncière à l’horizon 2016 pour atteindre le cap du milliard d’euros. Comme pour l’acquisition de Sepric, les actionnaires de Patrimoine & Commerce sont ouverts au scénario d’une dilution de leur participation à condition toutefois que la décote de 20 % dont souffre le cours de bourse sur la valeur d’actif net réévalué par action s’estompe.

Spécialisée dans les retail parks péri-urbains, accueillant des enseignes dans des locaux “low cost”, la foncière cotée Patrimoine & Commerce va poursuivre sur sa lancée après avoir fusionné en 2012 avec la Foncière Sepric, également présente sur le créneau des parcs commerciaux. Cette opération avait mêlé création de titres et sortie de cash à hauteur de 4,3 millions d’euros, tandis que les actionnaires de cette dernière recevait 26 % du capital de l’entité fusionnée. Eric Duval conservant 30 % de son capital.

L’intégration du nouvel ensemble paraît s’être déroulée correctement au vu des résultats publiés pour son premier exercice fiscal puisque l’actif net réévalué de Patrimoine & Commerce a progressé de 5,7% en 2013, à 23,50 euros par action (hors droits), en même temps que le bénéfice net affiche une hausse de 141% à 19,31 millions d’euros et tandis que les loyers nets 2013 progressaient de 76 % à  31,1 millions d’euros (+76%). De quoi offrir un dividende de 0,80 euro par titre (+ 27 %) soit un rendement de 4,2 %, acceptable pour une foncière entrepreneuriale de croissance.

La foncière garde par ailleurs une certaine marge de manœuvre au vu de son ratio d’endettement rapporté à la valeur du patrimoine (LTV) qui s’établit à 49,3% contre 45,3% un an plus tôt. En 2013, le taux d’occupation a atteint 98 % et les loyers encaissés ont progressé de 7,8 % à 32 millions d’euros, dégageant un rendement locatif de 7,5 % sur la base d’un loyer moyen de 121 euros du mètre carré.

Eric Duval n’a pas révélé au quotidien économique le nom de la société cible, se contentant d’indiquer que l’opération devrait aboutir d’ici six mois. « Il faut pouvoir offrir aux enseignes clientes un réseau national et pour cela, la taille critique se situe à un million de mètres carrés contre 305.000 m2 en portefeuille actuellement » explique Eric Duval. Outre la croissance externe, les investissements en cours verront la création de 7 parcs commerciaux, accroissant le patrimoine de quelque 150 millions d’euros.

pierrepapier.fr