Altimeo AM alimente la spéculation sur Tour Eiffel

primonialLes actions de la société foncière cible de deux OPA concurrentes se négocient au-dessus de l’offre la plus avantageuse. Un arbitragiste acheteur significatif de titres explique son intérêt par l’espoir de nouvelle surenchère.

A la reprise de cotation du titre Tour Eiffel, consécutivement au dépôt de la surenchère à 58 euros par action déposée par SMA BTP, le cours de la société d’investissement immobilier cotée (SIIC) s’est immédiatement ajusté sur le nouveau prix d’offre. Pas longtemps ? Assez pour que l’initiateur de l ‘offre puisse acquérir 8 763 titres à 58 euros comme il l’a déclaré mardi à l’AMF, mais quelques minutes après la reprise des cotations, le titre a largement débordé ce prix. Au cours de la séance 71 166 actions se sont échangées jusqu’à 58,72 euros en clôturant la séance à 58,25 euros.

Parmi les acheteurs, un fonds d’arbitrage d’Altimeo Asset Management, géré par Cyril Pichot, a acquis lors de cette séance 1 690 actions Tour Eiffel au prix de 58,21 euros, portant sa participation dans son capital à plus de 1 % avec 63 284 titres. Le gérant explique que son cours moyen est proche de 55 euros après avoir commencé ses achats dès que fut annoncée l’offre initiale de SMA-BTP à 48 euros. Il croit à une nouvelle surenchère et vise une sortie vers 62/63 euros. Il dit ne pas se formaliser du dépassement de la valeur d’actif net EPRA (près de 58 euros par action Tour Eiffel) car il reçoit positivement l’analyse formulée par SMA BTP elle-même telle qu’il existe un réel gisement de création de valeur en achetant des titres de cette foncière en bas de cycle d’immobilier de bureau. Le marché nourri du titre lundi 16 juin et les échanges également nourris du mardi 17 juin 45 000 titres quoi que négociés en retrait de la veille entre 58 et 58,25 euros montrent que ce n’est pas le seul acheteur à croire à une poursuite des surenchères. En clôture, elles sont revenues s’ajuster sur le prix d’offre de SMA BTP à 58 euros.

A l’opposé, certains acteurs des SIIC, qui ont regardé -il y a plus de deux ans – le dossier – avant même l’entrée au capital du rival de SMA BTP Chuc Hoang et sa société Eurobail- considèrent que le dernier prix offert par SMA BTP est assez généreux au regard de la qualité du patrimoine de Tour Eiffel et des valeurs d’expertises assez élevées dont elle bénéficie.

pierrepapier.fr