Déficit foncier : Renovalys 7 entre en scène

Déficit foncier : Renovalys numéro 7 entre en scène

Advenis REIM lance Renovalys numéro 7, sa nouvelle SCPI de déficit foncier. Elle cible un patrimoine locatif à réhabiliter dans les grandes métropoles régionales. Les souscriptions sont ouvertes à compter du 27 septembre prochain.

C’est la deuxième SCPI de déficit foncier à se lancer cette année. Après Urban Pierre 5, chez Urban Premium, ouverte aux souscriptions depuis le 14 mai dernier, c’est au tour d’un autre spécialiste des SCPI fiscales, Advenis REIM, de mettre sur le marché son millésime 2019.

Advenis Renovalys  numéro 7 : patrimoine locatif ancien à restaurer

Comme les opus précédents (voir notamment « Renovalys 6 et Renovalys Patrimoine procèdent à leurs premières acquisitions »), Renovalys numéro 7 va chercher à se constituer un patrimoine locatif « intégrant principalement des immeubles ou parties d’immeubles d’habitation anciens à restaurer situés dans les grandes métropoles régionales françaises (exemples : Lyon, Bordeaux, Lille, Montpellier, Marseille…) ». Il s’agira, a priori, de bâtiments dotés de véritables qualités architecturales, et situés dans des emplacements de choix. Indirectement, les souscripteurs participeront, comme le souligne Jean-François Chaury, directeur général d’Advenis REIM, « à la préservation d’un patrimoine immobilier de qualité ».

Advenis Renovalys numéro 7 : le régime de droit commun du déficit foncier

Ils bénéficieront en outre – c’est le but – du régime fiscal de droit commun dit du déficit foncier. Pour mémoire, ce régime permet d’imputer les déficits fonciers générés par les travaux de rénovation, sans aucune limite sur les revenus fonciers existants, et dans la limite de 10 700 € par an sur le revenu global. En contrepartie, les souscripteurs doivent s’engager sur une durée de détention « recommandée » de 16 ans. Advenis Renovalys numéro 7 sera ouverte aux souscriptions à compter du 27 septembre, et jusqu’au 31 décembre 2020. Le minimum de souscription est fixé à 10 000 € (deux parts à 5 000 €). Comme le précise Advenis REIM, il s’agit d’un produit qui s’adresse « particulièrement » aux investisseurs ayant « des revenus fonciers positifs », et imposés « dans une tranche marginale élevée ».

Advenis REIM : une gamme de SCPI fiscales

Rappelons qu’Advenis gère plusieurs autres SCPI fiscales, dont 4 autres SCPI de déficit foncier maintenant fermées aux souscriptions. La plus ancienne, Renovalys 2, lancée en mai 2011, a commencé à verser des dividendes à ses actionnaires depuis l’exercice 2016. Après 40 € par part (pour une valeur d’origine de la part de 5 000 €), ces derniers ont touché 45 € au titre de l’exercice 2017 et 43 € au titre de 2018. Au 30 juin dernier, elle détenait 7 immeubles (49 lots), cumulant 3 321 m², et affichant un taux d’occupation financier de 91,25%. Advenis REIM gérait, toujours au 30 juin dernier, un portefeuille d’immobilier ancien évalué à plus de 150 M€.

Frédéric Tixier


A propos d’Advenis REIM(i)

Advenis Real Estate Investment Management (Advenis REIM), agréée auprès de l’Autorité des Marchés Financiers sous le n° GP18000011, est depuis août 2018 la société de gestion des SCPI d’Advenis, groupe indépendant créé en 1995 et coté sur Euronext Paris. Advenis REIM conçoit et gère une gamme de neuf fonds immobiliers (SCPI) à destination d’une clientèle privée et institutionnelle. Ces neuf SCPI à vocation fiscale ou d’entreprise, conçues avec une approche innovante, sont principalement investies en France, en Allemagne et désormais en Europe du Sud. L’offre immobilière d’Advenis REIM se distingue par une maîtrise de la chaîne de valeur immobilière et leur financiarisation au travers des différentes filiales du groupe Advenis. La capitalisation des fonds immobiliers gérés par Advenis REIM est de près de 483 millions d’euros à fin juin 2019.

(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société