Accalmie sur le marché de l’immobilier résidentiel ancien

terreis-03Selon l’indice Notaires-INSEE, au premier trimestre 2014, les prix des logements anciens en France ont baissé sur un an de 1,7%. Par rapport au trimestre précédent, selon les données provisoires corrigées des variations saisonnières (CVS), la stabilité prévaut (+0,2%) ; les prix des appartements augmentent de 0,2% et ceux des maisons baissent dans les mêmes proportions (-0,2%).

En Île-de-France, au premier trimestre 2014, les prix des appartements anciens baissent de 1,2% et ceux des maisons de 2,3%. Sur un trimestre, et à l’opposé du trimestre précédent, les appartements s’apprécient de 0,7% tandis que le prix des maisons recule de 0,9%.

En province, les prix baissent aussi sur un an, dans une proportion moindre qu’en Ile-de-France, mais de façon plus marquée, là aussi, pour les maisons (-1,9%) que pour les appartements (-1,1%). Sur un trimestre, les prix des maisons comme ceux des appartements sont quasi stables (-0,2% et -0,1% respectivement).

Selon les notaires, la tendance de fond qui semble se dessiner est une baisse modérée des prix, avec de forts contrastes locaux, mais elle demeure incertaine. Les marchés restent désorientés, comme en témoignent les faibles variations à la hausse ou à la baisse d’un trimestre à l’autre.

pierrepapier.fr