Ce que vous ne savez peut-être pas sur la diversification des placements

La diversification est un concept majeur dans le domaine des placements. C’est la règle d’or de la gestion de patrimoine.

Et si l’on avait oublié l’essentiel de sa raison d’être ?

Imaginons que l’on soit toujours rationnel, compétent, intelligent. Aurait-on alors besoin de la diversification ? Ne pourrait-on se contenter de choisir le « meilleur » des placements pour les années à venir ?

Aujourd’hui nous allons parler d’un sujet un peu tabou.

Si vous avez vingt ou trente ans, vous allez vivre très longtemps. Ou si vous avez entre cinquante et soixante ans, vous avez encore de nombreuses années devant vous. Avec les placements nous sommes donc dans l’histoire longue. Or celle-ci révèle un phénomène extraordinaire, qu’on a oublié aujourd’hui.

Je vais vous dire ce que c’est, puis je vais vous donner des exemples que vous n’avez peut-être pas l’habitude d’entendre.

Vous savez, les Anciens attribuaient un dieu à chacune de leurs activités. Alors, si l’on voulait trouver un dieu ou une déesse pour les placements, ce serait qui ? Pour les Grecs par exemple, le dieu de la musique s’appelait Apollon. Chez les Romains, Mars était le dieu de la guerre. Pour les Gaulois, Esus était le dieu des artisans et des commerçants.

Raisonnons comme nos ancêtres. Quelle pourrait être la puissance supérieure, dieu ou déesse, qui intervient sur les placements ?  Eh bien, la déesse Surprise. Car de temps en temps, aux moments les plus inattendus, la voilà. De bonne ou de mauvaise humeur. Parfois brutalement, parfois de façon terriblement sournoise. Et là, tout le monde est pris à revers, particuliers, professionnels, journalistes, économistes et autres experts.

Chocs sur les placements

Par exemple en 1961, donc au beau milieu des trente glorieuses, les années où l’élévation du niveau de vie des Français n’a jamais été aussi forte, il y a eu un choc boursier. Et les vingt années suivantes, les actions françaises ont perdu 75 %, vous avez bien entendu, perdu 75 % de leur valeur en vingt ans. Bon, la Bourse a bien repris depuis.

Deuxième exemple. En 1970, plus personne ne croyait en l’or. Il avait d’ailleurs fait perdre beaucoup d’argent, si vous me permettez ce rapprochement, à ceux qui en détenaient depuis dix ou vingt ans. Les media de l’époque, les banquiers, les conseillers, poussaient les Français à se débarrasser de leurs lingots ou de leurs napoléons stécompétentlllllriles et sans avenir. Soudain, la déesse Surprise a sorti sa baguette magique, et en dix ans le prix du métal jaune a été multipliée par 8 ! Vous avez bien entendu, une multiplication par huit en valeur réelle, au-delà de l’inflation, en quelques années à peine. Ce fut un choc heureux, mais parfaitement inattendu.

Vous voulez qu’on parle immobilier ? Entre 1914 et 1950, la valeur des immeubles dans les villes françaises a baissé de près de 80 %. Les loyers aussi. Bien sûr, tout était descendu tellement bas qu’il fallait bien que çà reparte, et en fait depuis les années cinquante l’immobilier n’a cessé de monter et pour l’instant il se porte à merveille.

Ce que je veux dire, c’est que nous devrions être vigilants. Le monde est aujourd’hui totalement chamboulé. Les questions sanitaires ont plongé tous les pays dans la stupeur. Les dettes sont tellement énormes qu’on ne sait plus les compter. Le digital secoue notre vie. Et la déesse Surprise aurait définitivement oublié de s’occuper des placements ?

Voilà pourquoi la diversification est pour tout le monde

Voilà pourquoi il faut diversifier, et c’est en réalité la seule vraie raison. Il est toujours intéressant d’interroger l’histoire. Nous venons de vivre une période exceptionnellement longue de relative tranquillité sur les placements. Je dis relative tranquillité parce que même en Bourse, ce qu’on appelle les krachs ont été finalement de brèves parenthèses.

La diversification n’est pas seulement pour les riches, ou pour l’équilibre d’un patrimoine. Même si vous épargnez un peu chaque mois, je vous conseille de diversifier. Les trois axes majeurs sont l’immobilier, les actions et l’argent disponible.

Je vous souhaite beaucoup, beaucoup de succès.

Voir aussi

Sur l’immobilier : Prix du logement, l’exception française

Sur l’or : Logement et or, les prix sur cinquante ans

Pour sourire sur les prévisions de marché (Bourse, immobilier, etc.) : Pour connaitre les prix, voyageons dans le futur