Pierrepapier.fr/actualité/SIIC

En principe, c’est en 2016 que la plus haute tour de bureaux construite en France devrait être livrée à ses locataires à la Défense. Vendredi 10 décembre, l’Epadesa (nouvel établissement public né en juillet dernier de la fusion de l’Epad et de l’Epasa, pour l’aménagement de la Défense Seine Arche) a approuvé les principes de l’accord technique et financier qui doit conduire à la réalisation de la tour Phare. Lancé par Unibail-Rodamco, ce projet ambitieux porte sur la construction d’une tour de bureaux de 300 mètres de haut entre la Grande Arche et le CNIT (ce dernier bâtiment appartient aussi  à Unibail-Rodamco, tout comme le centre commercial des Quatre Temps et la tour Majunga, qui doit être livrée fin 2013).

L’accord lui-même, sur la promesse de vente des droits à construire, ne sera signé qu’au premier semestre 2011. Mais un premier pas important a ainsi été accompli vers le lancement d’un investissement qui devrait porter, hors frais financiers, sur au moins  900 millions d’euros.  Cette tour offrira 125.000 m² de surface utile (GLA, pour gross lease area) répartis sur 69 niveaux.

Annoncé vendredi soir après la clôture de la Bourse, cet accord de principe a été assez bien accueilli. Malgré l’ampleur des risques financiers attachés à un tel projet, le cours de l’action Unibail-Rodamco, la plus importante société d’investissement immobilier cotée à Paris, était en hausse de plus de 1 % lundi en milieu d’après-midi.

Pierrepapier.fr/actualité/SIIC