Le bilan semestriel est plus que positif. Du coup, le Crédit Foncier estime que sur l’ensemble de l’année, le marché du logement neuf devrait progresser de 6%, et les transactions dans l’ancien de 4%. Le spécialiste bancaire constate lui aussi « une hausse différenciée des prix », qui peut atteindre plus de 8% dans certaines villes… Et un emballement sur le marché parisien.

« Sur fond de taux d’intérêt de crédit toujours très bas et de dispositifs publics de soutien à l’achat (PTZ et Pinel en particulier), l’essor du marché du logement se poursuit », expliquait le 27 juin dernier Bruno Deletré, le Directeur Général du Crédit Foncier, lors de sa dernière conférence de presse semestrielle.

Optimisme partagé – A l’appui de son constat, un niveau d’optimisme des professionnels jamais atteint (80% le sont pour les 12 prochains mois), un marché de l’acquisition de plus en plus fluide pour les particuliers (4,4 mois de recherche actuellement, contre 7 mois en 2014), et un marché du crédit toujours en forte hausse (le Crédit Foncier anticipe une progression de 8% pour 2017) dans un contexte de taux toujours très favorable (1,56% en moyenne, en mai dernier). En conséquence, le groupe bancaire estime que près de 410 000 logements devraient être construits en 2017 (vs 384 000 en 2016), soit une progression attendue de 6 % du marché du neuf.

880 000 transactions attendues en 2017 – Dans l’ancien, ce sont « au moins 880 000 transactions » qui sont attendues en 2017 par le Crédit Foncier, soit une progression de 4 % par rapport à 2016. La hausse serait ainsi de 27 % sur 3 ans (2014-2017). Une croissance qui s’accompagne d’une « hausse différenciée des prix », constate l’établissement bancaire, à l’instar de la plupart des observateurs du marché du logement. « Pour un appartement ancien de trois pièces standard, la hausse est comprise entre 4 % et 8 % dans les grandes agglomérations telles que Paris, Lille, Lyon, Bordeaux et Toulouse, tandis qu’elle peut dépasser les 8 % dans certaines agglomérations de moindre taille comme Reims, Besançon, Tours et Le Mans, qui bénéficient d’un phénomène de rattrapage après des années de plus faible activité », écrit le Crédit Foncier.

Paris au top – En dépit de ces progressions de « rattrapage », les prix parisiens continuent à faire figure d’exception. Selon le Crédit Foncier, le prix moyen au mètre carré d’un appartement serait actuellement de l’ordre de 8 450 €, soit 5,5% de plus que l’an dernier. Ce qui signifie qu’acheter à Paris revient en moyenne plus de deux fois plus cher qu’à Lyon ou à Marseille… Pour d’autres observateurs, on peut même parler de « frénésie », comme le réseau Laforêt, qui constate qu’avec un prix moyen au mètre carré qui approche des 9 000 €, à 8 757 €, le précédent record de 2011 (8 377 €) est bel et bien dépassé. Côté Century 21, on estime l’envolée des prix entre le 1er semestre 2016 et le 1er semestre 2017 à +7,7% (à 8 942 €), et que le seuil des 9 000 € sera dépassé au cours du second semestre. Certains arrondissements sont déjà bien au-delà. Selon Laforêt, les 1er, 4e, 6e, 7e et 8e sont à des valeurs supérieures à 10 000 €/m2, les 2e, 3e et 16e dépassant quant à eux les 9 000 €/m2.

A propos du Crédit Foncier(i)
Le Crédit Foncier est une société spécialisée dans les financements et services immobiliers en France. Filiale à 100% du Groupe BPCE, 2e groupe bancaire en France, le Crédit Foncier s’adresse à l’ensemble des acteurs qui, à un titre ou à un autre, ont besoin d’une expertise et d’une compétence uniques pour trouver une réponse à la mesure de leurs besoins immobiliers : les particuliers bien entendu, mais aussi les professionnels de l’immobilier et les investisseurs dans l’immobilier. A tous, le Crédit Foncier apporte ses capacités d’innovation et de créativité, ainsi que son expérience d’un marché sur lequel il agit depuis plus de 160 ans. Le Crédit Foncier déploie ses activités autour de cinq grands métiers : le financement immobilier des particuliers ; le financement des investisseurs et des professionnels de l’immobilier ; le financement des équipements publics ; les services immobiliers ; les opérations financières avec le refinancement.
(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société

 


0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *