Pour Laurent Saint Aubin, gestionnaire actions spécialiste de l’immobilier européen chez Sofidy, la récente décision de la BCE confirme l’attrait de la classe d’actif immobilier pour les investisseurs de long terme.

Plusieurs membres de la BCE, dont son président Mario Draghi, viennent de rappeler que l’institution maintiendrait longtemps encore une politique de taux très bas. Cette clarification met en pleine lumière l’intérêt de l’immobilier coté dont les taux de rendement sont très largement supérieurs à ce que rapportent les emprunts d’Etat ou, en assurance-vie, les fonds en euros.

Inflation en deçà du seuil d’alerte – La mission principale de la Banque Centrale Européenne est de lutter contre un retour de l’inflation. Cette dernière ne respecte actuellement aucun des critères rappelés par Monsieur Draghi : elle n’est ni auto-entretenue – ce qui surviendrait si les hausses de prix engendraient une hausse des salaires qui, elle-même, conduirait à de nouvelles progressions des prix – ; ni globale ni durable – son niveau actuel est le fruit de la politique volontairement laxiste des autorités monétaires et de l’impact progressivement dilué de la hausse des matières premières -. Au total, elle n’atteint pas le niveau d’alerte de 2% (+ 1,5% pour le mois de mars en zone euro dont +0,7% pour l’inflation cœur).

L’intérêt de la classe d’actif immobilier – Le scénario des mois à venir est donc clair et tout a été mis en œuvre en termes de communication pour qu’il en soit ainsi : la BCE met d’abord en œuvre un ralentissement modéré (et réversible) de son programme d’achats de dettes (passé de 80 à 60 Mds par mois depuis le 3 avril) puis suivra, si le scénario d’amélioration de l’environnement économique se confirme, une hausse des taux directeurs dont la remontée est désormais attendue en juillet 2018 seulement par les marchés financiers. Il en a résulté une nette détente des taux souverains, le Bund allemand à dix ans étant retombé aux alentours de 0,2%. Cette perspective remet en lumière l’intérêt pour les investisseurs long terme de la classe d’actifs immobilière qui offre aujourd’hui, pour les meilleurs emplacements avec des baux longs et sécurisés, une prime inégalée par rapport aux taux des emprunts d’Etat sur les dix dernières années.

A propos de Laurent Saint Aubin
Laurent Saint Aubin a débuté sa carrière en 1986 comme analyste financier à la Banque de l’Union Européenne avant de rejoindre la société de Bourse Ferri puis le CCF. Il a été ensuite Directeur Général d’ING France Securities en charge des activités de marché Actions à Paris, puis, à compter de 2006, responsable des activités de vente et de recherche sur l’immobilier coté au sein du groupe Aurel BGC. Membre de la SFAF, il a reçu en 2012 le trophée du meilleur analyste des sociétés d’investissement immobilier cotées (SIIC). Depuis 2014, il gère le FCP Sofidy Sélection 1, où il développe une gestion discrétionnaire visant à « surperformer, via une exposition aux actions du secteur immobilier de l’Union européenne, l’indicateur de référence FTSE EPRA/NAREIT Euro Zone Capped dividendes nets réinvestis ».


0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *