Philippe Taboret, Cafpi : « nous sommes en train de mettre en place de nouvelles solutions de financement pour les SCPI… »

Cafpi participait à la conférence « Conseiller et vendre à l’ère du numérique » qui s’est tenue à l’ISC, le 19 février dernier. Philippe Taboret, son Directeur général adjoint, revient avec pierrepapier.fr sur les enjeux de la digitalisation, du financement des SCPI, et de l’évolution des marchés résidentiels.

Comment se positionne aujourd’hui Cafpi sur le marché des prêts immobiliers ?

Philippe Taboret – Cafpi est courtier en prêts immobiliers, leader de cette activité en France depuis 50 ans. L’an dernier, nous avons distribué plus de 38 000 crédits pour 8 Md€ de financements.

Quels outils digitaux mettez-vous à la disposition des CGP, et comment ceux-ci les utilisent-ils ?

Philippe Taboret – Déjà, il faut savoir que nos systèmes d’information ont été totalement repensés, de manière à offrir un parcours client optimisé. Au niveau de nos prescripteurs, nous sommes en train de finaliser la brique métier qui va permettre de leur offrir des services digitalisés, tels que, par exemple, le suivi de leurs clientèles. Elle devrait être disponible au mois de septembre.

Cafpi intervient-il sur le marché du financement des parts de SCPI à crédit ?

Philippe Taboret – Cafpi est surtout connue pour le financement de l’accession à la propriété. Mais notre département “Défiscalisation, financement de l’investisseur”, spécialisé sur le financement de tout type d’investissement “pierre” ou “papier”, est effectivement un acteur important. Nous sommes d’ailleurs en train de mettre en place de nouvelles solutions de financement pour les SCPI, afin de remplacer l’option offerte par le Crédit Foncier qui, comme chacun le sait, ferme ses portes prochainement.

Votre sentiment sur l’évolution des marchés immobiliers résidentiels ? La hausse des prix et des transactions appartient-elle au passé ?

Philippe Taboret – La hausse des prix, sans doute. La hausse des transactions, peut-être pas. La situation actuelle s’apparente au principe du plafond de verre : la hausse des crédits, en durée et en volume, a permis le financement des particuliers en 2018 en compensant la perte de pouvoir d’achat liée à la hausse des prix et à la perte des aides d’accession à la propriété. Tant que les banques continueront à financer, l’achat immobilier reste possible. Mais les prix ne peuvent plus monter, car ils auraient pour effet de dégrader la capacité d’achat, en particulier celle des primo-accédants. Ce que je crains plutôt, c’est la diminution de la part des investisseurs attirés par le placement immobilier, à cause de la stigmatisation – notamment fiscale – qui est faite autour de cette forme d’épargne, et qui met les propriétaires dans une situation délicate…

Interview réalisée par Frédéric Tixier


A propos de Cafpi(i)

Cafpi est le leader du marché des courtiers en crédits. Il est totalement indépendant, aucun groupe bancaire ne figurant dans son capital. Avec un effectif de 1420 personnes, Cafpi est présent, via ses 230 agences en propre, dans toute la France et les DOM-TOM pour accompagner ses clients dans toutes les étapes de leur projet immobilier. En 2018, Cafpi a finalisé 38 000 dossiers, pour plus de 8 milliards d’euros de crédits signés. Le métier de courtage en prêts immobiliers est toujours en plein essor puisque près de 40 % des crédits en France se font via un courtier. Grâce à ses volumes, Cafpi obtient des 150 banques et assureurs partenaires avec lesquelles il travaille en permanence des conditions particulièrement avantageuses dont il fait bénéficier directement ses clients. Cafpi est l’expert de tous les crédits avec ses offres de crédits immobiliers, de regroupement de crédits, de crédits à l’international, de crédits professionnels et d’assurances emprunteur en ligne sur www.cafpi.fr.

(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société