Les quarantièmes rugissants d’Unibail-Rodamco

L’action Unibail-Rodamco a touché jeudi en séance un nouveau-plus haut de l’année, à 184,80 euros, engrangeant un gain de 32 % depuis le 1er janvier. S’il n’a pas retrouvé son pic d’avril 2007, à 233,50 euros, le cours du titre a néanmoins doublé par rapport au creux atteint en mars 2009 lorsque le marché boursier perdait pied.

Unibail-Rodamco touche les dividendes d’une stratégie claire qui ont fait du groupe le leader européen des sociétés foncières. Une place qui se double du premier rang du leadership dans les centres commerciaux, où sa décision de se recentrer sur les maxi centres de plus de 6 millions de visiteurs par an lui a permis de construire une riposte crédible à la menace du développement des ventes sur Internet. Il peut ainsi envisager de prendre des parts de marché aux acteurs de moindre taille.

Le groupe qui fête cette année ses quarante ans de cotation à la Bourse de Paris (1972) a accompli un long itinéraire depuis ses débuts en 1968 comme société de crédit-bail immobilier (Sicomi) aux mains d’institutionnels français jusqu’à sa consécration de l’intégration en juin 2007 au prestigieux indice CAC40. Le temps ou les dirigeants d’Unibail se plaisaient à décrire le patrimoine de leur société « compris entre La Madeleine et La Défense » a laissé place à un acteur totalement européen (15 pays), notamment grâce à la fusion avec le Batave Rodamco en 2007 et dernièrement avec le rachat d’un portefeuille de centres commerciaux en Allemagne réalisé cette année. Sans compter un patrimoine de bureaux qui brille par sa faible vacance (6,4 %) et la prise de contrôle en 2000 de Paris Expo qui a donné au groupe les bases de sa filiale Viparis, dédiée aux congrès et expositions, à la tête d’un parc de 300 000 m2 réparti sur dix sites parisiens.

Ces positions de premier plan qui trouvent en contrepoint les conditions financières les plus attractives du secteur au coût inférieur à 2,5 % lui permettront de développer à bon compte son important pipeline de projets (6,6 milliards d’euros au 30 juin dernier).

Tous ces atouts se retrouvent dans la valorisation d’Unibail-Rodamco qui affiche en Bourse une prime record sur sa valeur d’actif net EPRA (130,70 euros) ou sur son actif net de reconstitution (143 euros). A 183 euros, ces primes ressortent respectivement à 40 % et 28 %.  De même, l’action Unibail-Rodamco se paie aujourd’hui sur la base de 18 fois son cash flow 2013, contre moins de quinze fois pour ses concurrents en moyenne.  C’est le prix que les investisseurs acceptent de payer pour le leadership et la bonne visibilité d’une stratégie assise sur l’innovation et la différentiation. Mais c’est aussi un cours de Bourse qui ne laisse pas de place à la moindre mauvaise surprise.

à propos d’Unibail-Rodamco

Créé en 1968, Unibail-Rodamco est le premier groupe coté de l’immobilier commercial en Europe, présent dans 15 pays de l’Union-Européenne. Cette société d’investissement immobilier cotée (SIIC) est dotée d’un portefeuille d’actifs d’une valeur de 27,5 milliards d’euros au 30 juin 2012.
À la fois gestionnaire, investisseur et promoteur, le groupe souhaite couvrir toute la chaîne de valeur de l’immobilier.
Grâce à ses 1 600 employés, Unibail-Rodamco applique ces savoir-faire à des segments de marchés spécifiques comme les grands centres commerciaux des villes majeures d’Europe, ou comme les grands bureaux ou centres de congrès-exposition dans la région parisienne.
Le groupe se distingue par sa volonté d’obtenir les meilleures certifications environnementales, architecturales et urbanistiques. Sa vision durable et à long-terme se concentre sur les développements ou redéveloppements de lieux de vie attractifs et accueillants pour y faire du shopping, y travailler et s’y relaxer. L’engagement d’Unibail-Rodamco en matière de développement durable, économique et social a été reconnu avec son inclusion dans les indices DJSI (World et Europe), FTSE4Good et STOXX Global ESG Leaders.
Le groupe est membre du CAC 40 à Paris, de l’AEX à Amsterdam et du DJ EURO Stoxx 50. Il bénéficie d’une notation A par Standard & Poor’s et Fitch Ratings.
Le 20 décembre 2012, au cours de 183 euros, sa capitalisation boursière atteignait 16,94 milliards d’euros.

pierrepapier.fr