Les ETF immobiliers pèsent désormais la moitié de l’encours des OPCVM du secteur

Les OPCVM immobiliers n’échappent pas à la désaffection visant les actions cotées. Le dernier bulletin des OPCVM immobiliers publié par l’IEIF met en évidence la poursuite du mouvement de cessions (- 0,23 % de l’encours), déjà visible au mois de mars. L’actif net des OPCVM immobiliers ressort à 2511,6 millions d’euros, le 30 avril dernier et à 5040,9 millions si l’on y adjoint les 13 ETF cotés à la Bourse de Paris. Ces trackers passent ainsi le cap de la moitié de l’encours des OPCVM immobiliers. Le fonds indiciel coté ISHARES FTSE EPRA/NAREIT GLOBAL confirme sa position de plus important véhicule de gestion collective en France, avec un encours de 1158,8 millions d’euros et échappe au mouvement de retrait avec une stabilisation positive de son encours (+ 6 millions d’euros). On assiste ainsi une nouvelle fois à une poursuite de la recomposition du paysage des OPCVM immobiliers au profit des fonds indiciels cotés en Bourse, même si une large part des échanges les visant s’effectue hors marché directement auprès des établissements promoteurs de ces ETF. Malgré la part substantielle des échanges hors marché, ces ETF conservent un atout compétitif face aux Sicav et Fonds communs de placement non cotés dont les mutations de parts sont grevées par des frais plus importants.

Malgré les retraits intervenus sur les OPCVM immobiliers au cours des derniers mois, le compartiment conserve une partie de la progression acquise au début de l’année par des souscriptions et un comportement favorable des cours de Bourse. L’encours des OPCVM immobiliers classiques qui était de 2478,8 millions d’euros au 31 décembre dernier conserve une progression de 1,3%. Cependant cette évolution légèrement positive des OPCVM immobiliers classiques s’inscrit, là encore, loin derrière celle des ETF dont les encours ont grossi de 19,6%.

Pierrepapier.fr