Le moral des professionnels de l’immobilier s’améliore

Le Crédit Foncier vient de publier son baromètre quadrimestriel. 63 % des professionnels interrogés sont optimistes pour l’avenir du marché du logement. L’établissement bancaire a aussi sondé ses clients sur leurs motivations pour l’investissement locatif.

La 3e édition du baromètre Crédit Foncier /CSA sur le moral des professionnels de l’immobilier confirme les autres indicateurs micro-économiques : le marché de l’immobilier résidentiel s’améliore. Les 400 professionnels[1] interrogés sont désormais majoritairement optimistes (à 63 %) sur l’avenir du marché du logement. Une proportion qui n’a fait que progresser au cours des derniers mois, puisque les optimistes n’étaient que 59 % en mai et seulement 35 % en janvier.

Stabilité des prix anticipée – Leur vision sur la situation actuelle du marché est également plus positive. Ils sont aujourd’hui plus d’un tiers (36 %) à considérer que l’état du marché s’est bonifié au cours des derniers mois, contre 26 % en mai et… 9 % en janvier. Surtout, ils pensent désormais presque majoritairement (48 %, contre 36 % en mai) que les prix des logements dans l’ancien, et plus encore dans le neuf (64 %) vont rester stables au cours des 12 prochains mois. Un sentiment qui s’appuie essentiellement sur deux facteurs : la baisse historique des taux d’intérêt, qui perdure ; et les statistiques sur l’évolution des prix de l’immobilier. A l’inverse, le contexte économique général et la baisse du pouvoir d’achat nourrissent une proportion encore importante de pessimistes…

moral

Les motivations à l’investissement locatif en hausse – Un autre baromètre réalisé par le Crédit Foncier, publié le 17 septembre dernier, constate quant à lui une remontée de l’intérêt pour l’investissement locatif. Selon le Crédit Foncier, la part du locatif privé dans le total des logements construits, après avoir baissé durant plusieurs années, est de nouveau orientée à la hausse. Elle pourrait atteindre 14 % sur l’ensemble de l’année 2015.

mise-en-chantier

Pour les clients interrogés[2], trois raisons principales expliquent la réalisation d’un investissement locatif, au premier rang desquelles la motivation fiscale (54 %), suivie par la constitution d’un revenu complémentaire pour la retraite (44 %) et la volonté de se bâtir un patrimoine (41 %). L’étude fait également ressortir le portrait type de l’investisseur locatif : plutôt quarantenaire, il dispose d’un revenu annuel médian de 67 500 €. Les logements acquis font en moyenne 41 m2, et le coût médian d’une opération est de 160 000 €. Un montant d’ailleurs en retrait par rapport à 2014 (-4 %), tout comme la durée moyenne du financement des biens locatifs, passée de 20 ans et 5 mois en 2014 à 19 ans et 6 mois en 2015. Un repli qui s’explique bien évidement principalement par le niveau très bas des taux d’intérêt observé au 1er semestre 2015.

A propos du Crédit Foncier(i)
Le Crédit Foncier est aujourd’hui la première société spécialisée dans les financements et services immobiliers en France. Filiale à 100 % du Groupe BPCE, 2e groupe bancaire en France, le Crédit Foncier s’adresse à l’ensemble des acteurs qui, à un titre ou à un autre, ont besoin d’une expertise et d’une compétence unique pour trouver une réponse à la mesure de leurs besoins immobiliers : les particuliers bien entendu, mais aussi les professionnels, les investisseurs et les collectivités locales. A tous, le Crédit Foncier apporte ses capacités d’innovation et de créativité, ainsi que son expérience d’un marché sur lequel il agit depuis plus de 160 ans. Le Crédit Foncier se déploie autour de cinq grands métiers.

(i) Cette information est extraite d’un document officiel de la société

[1] Agents immobiliers, commercialisateurs, lotisseurs, promoteurs, constructeurs de maisons individuelles et gestionnaires de patrimoine
[2] 2 713 personnes, sondées entre le 29 juin et le 29 juillet 2015.