opciUn milliard peut en cacher un autre. Alors qu’Amundi Immobilier fêtait jeudi soir le premier milliard de collecte de son OPCI grand public Opcimmo, Nicolas Simon, Directeur général d’Amundi Immobilier a surpris son auditoire en annonçant que la signature de l’acquisition d’un portefeuille immobilier de plus d’un milliard d’euros était en cours.

C’est un montant énorme, on se souvient que le portefeuille d’actif immobiliers ne dépassait pas 480 millions d’euros au 30 décembre dernier. Il est vrai qu’au rythme de la collecte de ces derniers mois – 150 millions d’euros par mois et 674 millions depuis le 1er janvier jusqu’au 5 juin – cela change la morphologie du fonds que l’internationalisation de ces acquisitions protège déjà de problèmes de sourcing dans un marché français de l’investissement qui ne dépasse par 23 milliards d’euros. Les deux derniers investissements d’Opcimmo avaient déjà dépassé la barre des 150 millions d’euros (le Colisée à Paris 17e, en bordure du boulevard périphérique, et 88 North, Munich). La taille acquise à la fin mai avec un actif net de 1365 millions d’euros l’autorise à voir de plus en plus grand. Depuis le début de l’année, les 10 immeubles acquis pour un total de 383 millions d’euros dépassent déjà les 24 actifs acquis en 2014 pour 375 millions.

Prudent quand il s’agit de donner des détails sur l’opération en cours, Nicolas Simon se borne à indiquer que les actifs se répartissent sur 5 pays européens, ce qui lui permettra de sortir du triangle France-Allemagne-Royaume-Uni dans lequel Opcimmo a jusqu’ici limité ses investissements physiques. Comme ce fonds ne porte pas de dette, Opcimmo peut utiliser massivement le recours à l’effet de levier. Compte tenu d’un endettement de près de 40 % lors de l’acquisition, le montant des capitaux ne devrait pas dépasser six mois de collecte. Le recours à l’emprunt, au vu des bonnes conditions de financement actuelles, permettra d’accroître la performance du compartiment immobilier d’Opcimmo.

De source de marché, le vendeur de cet important portefeuille immobilier international pourrait être la banque suédoise SEB ou un fonds allemand en cours de liquidation

Christophe Tricaud
pierrepapier.fr