Nadège Savigner, Edifice: « L’immobilier est un actif tangible qui rassure… »

Sébastien Bareau a rencontré Nadège Savigner. Cette conseillère en gestion de patrimoine, au sein du cabinet Edifice Patrimonia, propose une approche qu’elle qualifie de « bon père de famille ». Ses supports préférés : assurance-vie, placements retraite, épargne salariale, et immobilier. Elle préconise une détention en direct, en nue-propriété, mais aussi via des SCPI thématiques. Interview.

Nadège Savigner, présentez-nous votre parcours…

Nadège Savigner – Avec une solide expérience commerciale, j’ai démarré mon parcours professionnel dans des réseaux de bancassurance. J’ai ainsi pu apprendre les bases de ce métier. Mais, très vite, je me suis rendue compte que cette approche commerciale manquait de substance. Pour moi la vente de produits packagés avec des méthodes industrielles ne me correspondait pas. J’ai décidé de donner une nouvelle dimension à mon activité. J’ai donc repris mes études pour valider un master 2 spécialisé en gestion de patrimoine. Ensuite, j’ai privilégié des structures à taille humaine. Leur méthodologie d’approche globale donnait du sens. La mise en œuvre de solutions sur mesure, adaptées aux besoins et aux problématiques de chaque client se révèle primordiale.

Quel est le profil de votre cabinet ?

Nadège Savigner – Le cabinet Edifice Patrimonia est issu de la fusion, en 2018, d’un cabinet de gestion de patrimoine créé en 1995 (Arbor Conseil Finance) et d’un groupe d’expertise comptable (Magnat Groupe, avec plus de 50 collaborateurs répartis sur 5 sites). Aujourd’hui, il est composé de 4 conseillers en gestion de patrimoine, dont 2 gérants et une assistante. Le chiffre d’affaires prévisionnel en 2021 est de 300 000 €. Il devrait passer à 500 000 € en 2022.  Notre clientèle représente aujourd’hui une centaine de clients, composés de particuliers et de chefs d’entreprise. Nos clients possèdent des portefeuilles en assurance-vie, contrats de capitalisation, immobilier direct et indirect, SCPI et trésorerie d’entreprise.

Quelles typologies de produits préconisez-vous ?

Nadège Savigner – Nous accompagnons nos clients plutôt dans une gestion type « bon père de famille ». Nous préconisons de l’épargne en assurance-vie, des placements retraite, de l’épargne salariale et de l’immobilier. En outre, nous constatons que de nombreux clients, propriétaires d’immobilier résidentiel, ont décidé de les arbitrer en faveur de placements plus liquides. Nous avons une forte conviction sur les enveloppes d’investissements qui permettent des arbitrages fluides en fonction des marchés. Actuellement, nous ne préconisons pas d’investissements dans les marchés de l’art, ou les voitures de collection. Nous ne recommandons pas non plus les bitcoins et les crypto-monnaies. Nous préférons les produits qui ne sont pas restreints à une certaine catégorie de fonds ou géographiques. Cette stratégie favorise des investissements plus larges donc, selon nous, plus rentables pour nos clients.

Un peu d’immobilier ?

Nadège Savigner – Nous avons une conviction forte sur l’immobilier ancien avec travaux et la nue-propriété. Pour nous, les SCPI dédiées avec des thématiques variées répondent parfaitement au contexte actuel. Nous structurons les investissements avec une diversification géographique. Notre approche se veut opportuniste sur des secteurs à forte capacité économique. L’idée est de favoriser la mise en location et de fluidifier les possibilités de revente. Nous privilégions une approche globale du patrimoine de nos clients. Chaque cas est particulier. Les besoins et les motivations sont toujours différents. Cependant, lorsque nous proposons de l’immobilier au sein de supports assurantiels, il représente une part significative de nos préconisations. L’immobilier favorise une recherche de performances linéaires dans la maîtrise de la volatilité. La pierre est un actif tangible qui rassure…

En cette période mouvementée, pouvez-vous nous indiquer quelles sont les actions que vous menez auprès de vos clients ?

Nadège Savigner – Nous sommes proches de nos clients. La crise sanitaire a permis de renforcer nos liens avec eux. Nous sommes toujours disponibles et à l’écoute de leurs besoins, de leurs envies et de leurs problématiques patrimoniales. En tant que filiale d’un cabinet d’expertise comptable, nous sommes tous les jours aux côtés de nos clients pour les rassurer. Nous leur apportons systématiquement un conseil individualisé. D’ailleurs cette période de crise a généré un renforcement de notre activité. Nos clients ont profité des périodes de confinement pour analyser leur patrimoine. Notre rôle a donc été de les accompagner. Nos clients se sont confiés sur leurs futurs projets. Nous avons réalisé leur bilan retraite, audité leur prévoyance et enclenché ensemble des solutions d’épargne, de valorisation et des audits immobiliers.


Avez-vous eu beaucoup de clients qui se sont inquiétés ? Et comment leur avez-vous répondu ?

Nadège Savigner – Certains clients ont manifesté des inquiétudes sur leur activité professionnelle, leur patrimoine, et leur avenir. Nous avons été à leurs côtés pour les soutenir. Notre stratégie de diversification a été payante à tous les niveaux. Nous avons répondu avec beaucoup de sérénité et de confiance dans l’avenir. Nous avons, par exemple, mis en place des produits structurés au pire moment de la crise de 2020. Nos partenaires nous ont aidé à sélectionner des sous-jacents. Notre offre a été assortie d’une information et d’un accompagnement spécifique. Ces produits structurés ont dégagé de fortes rentabilités. Nous avons préconisé l’analyse et une préparation de la reprise. Nos interventions sur le suivi des portefeuilles ont été renforcées pour vérifier l’adéquation entre les objectifs des clients et la composition des allocations patrimoniales.

Sébastien Bareau


Lire aussi

Maëlle Caravaca, En Privé : « Je prépare l’avenir de mes clients en pensant aussi à celui de la planète, qui est notre patrimoine naturel à tous…»

Géraldine Métifeux, Alter Egale : « L’important est de mettre tout le monde à égalité, les actionnaires, les salariés et nos clients. »

Nicolas Bazinet, Arobas Finance : « Il ne suffit pas d’être connecté sur les marchés. Il faut être informé, conseillé et guidé »

Raphaël Oziel, La Boutique des Placements: « La SCPI est un couteau suisse qui s’adapte aux différents projets de vie des épargnants»

Guillaume Quef, Diagonal Invest : « Nous aimons l’immobilier. Tous les types d’immobilier »

Ludovic Farnault, Farnault Investissement : « Il nous semblait nécessaire de revoir en profondeur le modèle économique de la gestion privée. »

Eric Agueh, cabinet AXION : « notre accompagnement a permis d’éviter les arbitrages émotionnels… »

Berger & Associés : « nous privilégions les SCI qui assurent des revenus stables assortis d’un minimum de volatilité… »

Mélanie Schees Conseils : « La crise coronavirus impacte peu les relations de confiance nouées avec mes clients… »